Connexion
/ Inscription
Mon espace

Il est peu probable que la BCE franchisse le pas d’un ‘quantitative easing’

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Les récents propos de Jens Weidmann, membre du conseil des gouverneurs de la BCE et président de la Bundesbank, ont surpris les marchés. Pourtant fervent défenseur de l’orthodoxie monétaire, ce dernier a déclaré qu’il s’attendait à ce que la BCE engage désormais des mesures d’assouplissement quantitatif, à l’image du « quantitative easing » mené par la Réserve Fédérale américaine ces dernières années.

Pour Thibault Prébay, Directeur de la Gestion Taux chez Quilvest Gestion « jusqu’ici, la BCE est restée très consensuelle vis-à-vis des desiderata des dirigeants allemands, qui restaient très hostiles à toute forme d’expansionnisme monétaire non-conventionnel. Aujourd’hui, compte tenu du risque déflationniste sérieux auquel est exposée la zone euro, mais aussi du niveau très élevé de la monnaie unique, le discours est en train d’évoluer ».

Toutefois, ce dernier estime que le changement de ton des gouverneurs de la BCE a peu de chances de se transformer en actes. « Cela n’aura pas d’impact immédiat sur les marchés et sur l’économie réelle. Même si les marchés financiers restent attentifs aux annonces de la BCE, on s’aperçoit que ses décisions ont toujours été trop timides pour pouvoir produire un véritable déclic… et il est peu probable qu’elle franchisse immédiatement le pas d’un quantitative easing ‘à l’américaine’. Dans le meilleur des cas, la BCE va très probablement abaisser son taux directeur de 10 à 15 points de base ».

Enfin, toujours selon Thibault Prébay, « en zone euro, nous sommes dans une situation où les liquidités à faible coût sont volumineuses, mais trop peu redéployées dans l’économie. Cela contribue à expliquer les difficultés rencontrées par l’économie européenne dans son redémarrage. Le facteur devise joue aussi un rôle important. L’amplitude d’action de la BCE étant bien moindre que celle de la FED, la parité EUR/USD est essentiellement influencée par la politique monétaire américaine. Très peu par la politique monétaire européenne. Oscillant entre 1,36 et 1,39 dollars depuis le début de l’année, le niveau de la monnaie unique est handicapant. Il altère la compétitivité à l’international des entreprises européennes, un effet devise négatif qui pourrait se manifester dans les résultats du premier trimestre ».

www.quilvest.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...