Connexion
/ Inscription
Mon espace

La zone euro au cœur des préoccupations du FMI

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Extrait du point de vue de Philippe Crevel, Économiste et Secrétaire Général du Cercle des Epargnants.

Dans ses prévisions du mois de janvier, le FMI opte pour un optimisme raisonné et considère que le renforcement de la croissance au second semestre 2013 devrait se confirmer en 2014 et 2015, avec une prévision de croissance de l’économie mondiale de 3,7% en 2014 et de 3,9% en 2015.


L’Europe

Le FMI demande à la BCE de s’inspirer de la méthode américaine ou britannique et incite les Européens à poursuivre leurs réformes structurelles et à avancer dans le fédéralisme économique.
Alors  que la zone euro devrait sortir de la récession avec un taux de croissance de 1% en 2014 et 1,4% en 2015, et le Royaume-Unis de 2,25% en 2014 et 2015, le FMI fixe un programme d’action clair pour l’Europe :  
- Couper le lien entre les banques et les banques afin de favoriser le crédit au secteur privé
- Évaluer les bilans des banques
- Réparer les bilans des banques et le cas échéant les recapitaliser
- Achever l’Union bancaire en unifiant les dispositifs de supervision
- Favoriser l’investissement et poursuivre les réformes structurelles
Il n’est pas sûr que la BCE se plie aux souhaits du FMI : elle demeure en effet assez timide même si dans les derniers comptes rendu elle signale qu’elle a conscience des risques déflationnistes. En revanche, il n’y pas encore de consensus pour entrer dans un nouveau cycle de prêts à long terme : l’Union bancaire bute sur les oppositions entre pays membres, les Allemands ne souhaitant pas que leurs banques locales soient supervisées par l’échelon européen.
Les investisseurs s’intéressent à nouveau à l’Espagne ou au Portugal mais le financement demeure très compartimenté ne favorisant pas la relance de l’investissement.

 

Les Etats-Unis

Le FMI est assez confiant sur la reprise américaine avec une croissance de 2,8% en 2014, qui pourrait atteindre 3% en 2015. Une amélioration en partie liée à l’assouplissement des hausses d’impôt et aux moindres réductions des dépenses. En revanche, pour 2015, un durcissement budgétaire est attendu et devrait peser sur la croissance.

 

Le Japon

Le FMI revoit ses projections à la baisse : l’augmentation de la TVA devrait peser sur l’activité et le taux de croissance devrait être de 1,7% en 2014 et de 1% en 2015.

 

Les pays émergents

Le FMI souligne qu’ils profiteront de la progression de la demande extérieure des pays avancés mais que de nombreuses faiblesses structurelles pourraient entraver leur développement. Les économies émergentes et en développement devraient enregistrer une croissance de 5,1% en 2014 et de 5,4% en 2015.
La croissance chinoise, qui demeure soutenue par l’investissement, devrait s’établir à 7,5% en 2014 et 2015. Le pays devra poursuivre sa réorientation économique en réduisant l’investissement en faveur de la consommation. L’inquiétude sur la situation financière des collectivités locales et de certaines entreprises progresse.
Les marchés financiers émergents devraient rester instables avec des mouvements de capitaux assez importants en liaison avec le changement de la politique monétaire  américaine. Des sorties de capitaux sont à attendre avec des variations des taux de change. Les pays ayant des balances des paiements courants déficitaires seront vulnérables à ces mouvements de capitaux.

www.cercledesepargnants.com/

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...