Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Actions européennes : un repli utile pour renforcer ses positions »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Fabrice Cousté, Directeur Général de CMC Markets France.

Premier accroc de l’année pour le Cac 40 : l’indice a clôturé en baisse de -1,02% le jeudi 23, plombé par des résultats d’entreprises et des indicateurs économiques décevants aux Etats-Unis, alors que les incertitudes ressurgissent en Chine.

A Wall Street, ce sont des résultats d’entreprises mitigés qui ont refroidi les investisseurs. Depuis le début de l’année, l’orientation de la croissance des profits des sociétés américaines est assez timorée. Sur le plan macroéconomique aussi les indicateurs se sont avérés décevants outre-Atlantique. Sur le front de l’emploi, après un rapport mal orienté en décembre, les inscriptions hebdomadaires ont légèrement augmenté (semaine achevée le 18 janvier). Dans l’immobilier, la progression des ventes de logements anciens a déçu les attentes des analystes, une situation identique pour l’indice composite des indicateurs économiques américains.

Du côté de la Chine, l’indice boursier SSE vient de reculer de -3,49% depuis une semaine. La réorientation du modèle économique souhaitée par le gouvernement est confrontée à la réalité du ralentissement de l’activité. Selon l’indice PMI HSBC, la production manufacturière chinoise s’est repliée en janvier, une première depuis six mois.

Paradoxalement, les indices de la zone euro ont reculé alors que l’indice d’activité économique PMI de la zone euro est ressorti en nette progression en janvier, atteignant même un point haut de plus deux ans et demi. Preuve que les investisseurs continuent de voir en Wall Street le marché « driver » de l’ensemble des places boursières, après une année de records successifs en termes de valorisation. Le léger reflux des marchés US reflète actuellement certaines préoccupations : les investisseurs s’interrogent sur la suite que donnera la Fed à son cycle de « tapering » dans les prochains mois, alors que la croissance bénéficiaire des entreprises est considérée comme une condition essentielle à la poursuite de la progression des actifs boursiers.

Ce léger coup de frein des marchés européens est une bonne opportunité d’achat pour les investisseurs, qui pourront renforcer l’exposition de leur portefeuille aux actions européennes. Une autre position intéressante concerne la parité GBP/EUR. Après de très bons chiffres sur l’emploi au Royaume-Uni, la Banque centrale britannique pourrait accélérer concrètement le resserrement de ses conditions monétaires dans les semaines à venir. De quoi soutenir l’appréciation de la devise britannique.

www.cmcmarkets.fr/

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...