Connexion
/ Inscription
Mon espace

Actions européennes : scénario d’une évolution haussière en pente douce

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Fabrice Cousté, Directeur Général de CMC Markets France.

Une fois n’est pas coutume, le sentiment de marché des investisseurs européens semble un peu plus enthousiaste qu’à Wall Street. Depuis le début de l’année, les actions européennes surperforment leurs homologues américaines dans une proportion non négligeable : l’Euro Stoxx 50 s’est apprécié de 1,76%, contre une perte de 0,52% pour l’indice S&P 500, freiné essentiellement par des prises de bénéfices après les sommets de valorisation atteints ces derniers mois. Le cycle rattrapage des marchés européens fait la part belle aux valeurs issues des secteurs automobile, bancaire ou de production de matériaux de construction (à Paris, ces secteurs progressent de 4 à 8% depuis le début de l’année).

L’amélioration des fondamentaux en zone euro va continuer de constituer un catalyseur important pour la progression des actifs européens. Entre la dissipation des risques sur les marchés obligataires souverains périphériques, l’assainissement du système financier (via le renforcement des fonds propres des banques) et des perspectives de croissance positives bien que modérées, le scénario d’une évolution haussière en pente douce est convaincant. A l’horizon d’un mois, cette tendance pourrait porter l’indice CAC 40 à 4 500 points, un objectif crédible.

Qui plus est, les marchés européens semblent désormais bénéficier d’un véritable retour des flux d’investissement. Longtemps atones, les volumes de transactions sur les places boursières du Vieux Continent sont en train de retrouver peu à peu de la consistance. Cela s’explique en grande partie par le redéploiement d’une part des capitaux des investisseurs professionnels, qui était encore investie en actifs « refuges » (en particulier obligataires « core ») ces dernières années. Dans un environnement macroéconomique en cours de normalisation, les actions, en tant qu’actifs à fort potentiel d’appréciation, retrouvent toute leur place dans les allocations des investisseurs. Cela s’explique aussi par des arbitrages et des achats à bon compte à plus court terme. Convaincus du cycle de revalorisation des marchés européens, les investisseurs n’hésitent plus à tirer profit de toute correction pour renforcer leurs positions en actions. Ce comportement est symbolique d’une confiance retrouvée.

Toutefois, il faudra surveiller les publications de résultats dans les prochaines semaines : la croissance des bénéfices des entreprises est une composante importante de la performance des actions. Une croissance des résultats bien plus vigoureuse qu’elle ne l’a été l’année dernière sera désormais nécessaire pour entretenir la progression des places européennes. Sur ce point le consensus des analystes est positif (avec un objectif proche de 10% en 2014).

Il faudra également regarder l’activité économique en Europe et aux Etats-Unis : cette semaine, plusieurs indicateurs* pourront apporter quelques éléments de réponse sur la vigueur de la dynamique économique. Hier, la Chine a publié un taux de croissance du PIB de 7,7% pour le dernier trimestre 2013, légèrement en deçà du trimestre précédent à 7,8%. Sur l’ensemble de l’année, ce taux de croissance chinois semble confirmer que le pays est entré dans le cycle d’une économie plus équilibrée, tournée vers la consommation domestique. Mais attention, l’endettement des agents économiques et un système bancaire dont la visibilité est encore lacunaire - il est bien difficile d’estimer les actifs à risque en dehors du bilan des banques, mais auxquels ces dernières sont exposées - pourraient bien menacer les nouvelles aspirations économiques chinoises.  

* les indicateurs : indices PMI Markit des directeurs d’achats en zone euro (jeudi) et aux Etats-Unis (jeudi), les indicateurs économiques avancés (mercredi) l’indice de confiance des consommateurs en zone euro (jeudi), le taux de chômage au quatrième trimestre 2013 en Espagne (mercredi) ou les ventes de logements anciens aux Etats-Unis (jeudi)

www.cmcmarkets.fr/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...