Connexion
/ Inscription
Mon espace

Actions européennes : scénario d’une évolution haussière en pente douce

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Fabrice Cousté, Directeur Général de CMC Markets France.

Une fois n’est pas coutume, le sentiment de marché des investisseurs européens semble un peu plus enthousiaste qu’à Wall Street. Depuis le début de l’année, les actions européennes surperforment leurs homologues américaines dans une proportion non négligeable : l’Euro Stoxx 50 s’est apprécié de 1,76%, contre une perte de 0,52% pour l’indice S&P 500, freiné essentiellement par des prises de bénéfices après les sommets de valorisation atteints ces derniers mois. Le cycle rattrapage des marchés européens fait la part belle aux valeurs issues des secteurs automobile, bancaire ou de production de matériaux de construction (à Paris, ces secteurs progressent de 4 à 8% depuis le début de l’année).

L’amélioration des fondamentaux en zone euro va continuer de constituer un catalyseur important pour la progression des actifs européens. Entre la dissipation des risques sur les marchés obligataires souverains périphériques, l’assainissement du système financier (via le renforcement des fonds propres des banques) et des perspectives de croissance positives bien que modérées, le scénario d’une évolution haussière en pente douce est convaincant. A l’horizon d’un mois, cette tendance pourrait porter l’indice CAC 40 à 4 500 points, un objectif crédible.

Qui plus est, les marchés européens semblent désormais bénéficier d’un véritable retour des flux d’investissement. Longtemps atones, les volumes de transactions sur les places boursières du Vieux Continent sont en train de retrouver peu à peu de la consistance. Cela s’explique en grande partie par le redéploiement d’une part des capitaux des investisseurs professionnels, qui était encore investie en actifs « refuges » (en particulier obligataires « core ») ces dernières années. Dans un environnement macroéconomique en cours de normalisation, les actions, en tant qu’actifs à fort potentiel d’appréciation, retrouvent toute leur place dans les allocations des investisseurs. Cela s’explique aussi par des arbitrages et des achats à bon compte à plus court terme. Convaincus du cycle de revalorisation des marchés européens, les investisseurs n’hésitent plus à tirer profit de toute correction pour renforcer leurs positions en actions. Ce comportement est symbolique d’une confiance retrouvée.

Toutefois, il faudra surveiller les publications de résultats dans les prochaines semaines : la croissance des bénéfices des entreprises est une composante importante de la performance des actions. Une croissance des résultats bien plus vigoureuse qu’elle ne l’a été l’année dernière sera désormais nécessaire pour entretenir la progression des places européennes. Sur ce point le consensus des analystes est positif (avec un objectif proche de 10% en 2014).

Il faudra également regarder l’activité économique en Europe et aux Etats-Unis : cette semaine, plusieurs indicateurs* pourront apporter quelques éléments de réponse sur la vigueur de la dynamique économique. Hier, la Chine a publié un taux de croissance du PIB de 7,7% pour le dernier trimestre 2013, légèrement en deçà du trimestre précédent à 7,8%. Sur l’ensemble de l’année, ce taux de croissance chinois semble confirmer que le pays est entré dans le cycle d’une économie plus équilibrée, tournée vers la consommation domestique. Mais attention, l’endettement des agents économiques et un système bancaire dont la visibilité est encore lacunaire - il est bien difficile d’estimer les actifs à risque en dehors du bilan des banques, mais auxquels ces dernières sont exposées - pourraient bien menacer les nouvelles aspirations économiques chinoises.  

* les indicateurs : indices PMI Markit des directeurs d’achats en zone euro (jeudi) et aux Etats-Unis (jeudi), les indicateurs économiques avancés (mercredi) l’indice de confiance des consommateurs en zone euro (jeudi), le taux de chômage au quatrième trimestre 2013 en Espagne (mercredi) ou les ventes de logements anciens aux Etats-Unis (jeudi)

www.cmcmarkets.fr/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....