Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les prévisions chocs de Saxo Bank pour 2014

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Si la probabilité que chacune de ces prédictions se réalise est faible, elles dérivent toutes de déductions stratégiques des analystes du groupe Saxo Bank, fondées sur une série d'événements politiques ou de marché certes peu probable, mais crédible.

Cette année, ces prévisions vont de la mise en place d'un impôt européen sur la fortune à l'annulation par la Banque du Japon de la dette gouvernementale, en passant par un réveil douloureux pour les "Fat Five" de la high tech ou la chute du cours du Brent alors que le monde croule sous le pétrole.

Une autre affirmation choc concerne la possibilité que la déflation aux Etats-Unis s'invite dans le débat après l'acte II du bourbier politique au Congrès en janvier, tandis que l'Allemagne pourrait perdre son trône de meilleur élève européen et tomber en récession.

Les perspectives du Brésil, de l'Inde, de l'Afrique du sud et de la Turquie vont aussi s'assombrir si la réduction du Quantitative Easing de la Fed entraîne une hausse des taux et donc un coût marginal du capital plus élevé, mettant en risque les pays en situation de déficit courant et pénalisant la valeur de leur devise.

Pendant ce temps, l'Europe peut retomber dans un marasme économique et politique si une alliance anti-UE s’impose comme étant le groupe le plus important au Parlement européen.

 

1/ L'impôt sur la fortune européen marque le retour de l'économie soviétique

Paniquée par la déflation et le manque de croissance, la Commission européenne impose un impôt sur la fortune pour tous les patrimoines supérieurs à 100 000€ ou dollars, au nom de la lutte contre les inégalités et afin de collecter des fonds suffisants pour un constituer un "matelas" anti-crise. Ceci constituerait le dernier pas vers un Etat européen totalitaire, où l’on touchera le fond en matière de droits individuels et de propriété privée. Le pari le plus évident : acheter des actifs réels et vendre les actifs intangibles et sensibles à l'inflation.

 

2/ Une alliance anti-UE devient le groupe le plus important au parlement

A la suite des élections européennes de mai, une union transnationale anti-Union européenne devient le groupe le plus important au Parlement. Le nouveau Parlement européen choisit un président anti-UE et les chefs d'Etat et de gouvernement européens s'avèrent incapables de trouver un président pour la Commission européenne, renvoyant l'Europe au marasme économique et politique.

 

3/ Les "Fat Five" de la techno se réveillent avec la gueule de bois en 2014

Alors que le secteur des technologies de l'information aux USA se traite près de 15% au-dessous de la valorisation actuelle du S&P 500, quelques actions technologiques sont valorisées avec une prime surévaluée d'environ 700% par rapport au marché. Ces "Fat Five" - Amazon, Netflix, Twitter, Pandora Media et Yelp - représentent une nouvelle bulle à l'intérieur d'une vieille bulle à cause d’investisseurs trop confiants sur un scénario de croissance improbable dans le sillage de la crise financière.

 

4/ Désespérée, la BoJ annule la dette gouvernementale après la chute de l’USDJPY sous les 80

En 2014, la reprise mondiale tourne court, faisant chuter les actifs risqués et incitant les investisseurs à revenir sur le yen, d'où une retombée de l’USDJPY sous les 80 yens. En désespoir de cause, la Banque du Japon annule tout bonnement tous ses titres de dette gouvernementale, une manœuvre comptable simple mais inédite dont la conséquence passe par une plongée dans l'incertitude - éprouvante pour les nerfs - et un désastre potentiel aux effets secondaires inconnus.

 

5/ Déflation américaine : c'est arrivé près de chez vous

Bien que les indicateurs suggèrent que l'économie américaine a retrouvé de la vigueur, le marché de l'immobilier résidentiel reste fragile et les hausses de salaires inexistantes. Alors que le Congrès s'apprête à jouer en janvier l'Acte II de sa pièce « Comment perturber l'économie américaine ? », l'investissement, l'emploi et la confiance des consommateurs sont à nouveau mis à mal. De quoi faire reculer, et non augmenter, l'inflation l'an prochain, et ainsi remettre la déflation en tête des priorités du FOMC.

 

6/ Le Quantitative Easing mise tout sur les prêts hypothécaires

Le Quantitative Easing américain a fait baisser les charges d'intérêt et poussé les actifs risqués à des valorisations astronomiques, créant un sentiment artificiel d'amélioration de l'économie. De sérieux défis demeurent, surtout sur le marché de l'immobilier résidentiel, maintenu sous respiration artificielle. Le FOMC décide donc de tout miser sur les prêts hypothécaires en 2014, transformant le QE3 en un programme de rachat dédié à 100% aux hypothèques et – loin du tapering attendu – le porte à plus de 100 Mds$ par mois.

 

7/ Le "Brent" tombe à 80 dollars le baril du fait de l'indécision des producteurs

Le marché mondial est inondé de pétrole grâce à la croissance de la production non conventionnelle et une augmentation de la production en Arabie Saoudite. Pour la première fois depuis de nombreuses années, les hedge funds se positionnent massivement à la vente, favorisant un recul du Brent à 80 dollars le baril. Lorsque les producteurs s'entendent enfin sur une réduction de la production, le pétrole rebondit fortement et l'industrie en conclut que le prix élevé du pétrole ne doit pas être tenu pour acquis.

 

8/ L'Allemagne en récession

La surperformance durable de l'Allemagne prend fin en 2014, ce qui déçoit le consensus. Après des années de thésaurisation excessive en Allemagne, même les Etats-Unis se détournent de la première économie européenne et un plan concerté d'autres puissances économiques pour réduire son excédent commercial excessif n'est pas à exclure. Ajoutez à cela la chute du prix de l'énergie, qui conduit les sociétés allemandes à faire migrer leur production vers l'ouest ; une compétitivité plus faible du fait des hausses de salaires ; les exigences potentielles du SPD, nouveau partenaire de la coalition, concernant une amélioration du niveau de vie de la classe inférieure et moyenne en Allemagne ; et une Chine émergente qui se recentre sur sa consommation domestique après le Troisième Plenum.

 

9/ Le CAC 40 dégringole de 40% à cause du malaise français

Les actions vont droit dans le mur et s'effondrent sur la prise de conscience que seule la théorie du plus idiot mène le marché. Pendant ce temps, le malaise ne fait que grandir en France sous la mauvaise gestion du gouvernement Hollande. Les prix de l'immobilier résidentiel, qui n'ont jamais vraiment corrigé après la crise, plongent violemment, balayant la consommation et la confiance. En fin d'année, l'indice CAC 40 est en chute de plus de 40% par rapport à ses sommets de 2013 alors que les investisseurs cherchent une issue de secours.

 

10/ Les "Cinq fragiles" perdent 25% face au dollar

La réduction attendue du Quantitative Easing aux USA fait remonter le coût marginal du capital en raison d’une montée des taux d'intérêt. Cela expose les pays avec un déficit courant en expansion à une détérioration de l'appétit pour le risque de la part des investisseurs internationaux, ce qui pourrait ensuite conduire à un mouvement baissier de leur devise, particulièrement face au dollar US. Nous voyons cinq pays dans cette catégorie - le Brésil, l'Inde, l'Afrique du sud, l'Indonésie et la Turquie. 

 

Le commentaire de Steen Jakobsen, chef économiste de Saxo Bank : « Ceci ne doit pas être considéré comme une vision pessimiste de la situation. Nous envisageons des événements clés qui pourraient conduire au changement - pour le meilleur, espérons-le. Après tout, si on regarde en arrière, tous les changements, bons ou mauvais, surviennent après une période de crise et la prise de conscience que les solutions apportées jusqu’ici ne sont pas efficaces. Au point où en sont les choses, la richesse et la distribution des revenus dans le monde restent très inégales, ce qui signifie que des changements significatifs sont plus probables que jamais. L'année 2014 pourrait et devrait être le moment où le changement, non seulement devient nécessaire, mais commence à se mettre en place
Nous soulignons que les prévisions chocs ne sont pas les prévisions officielles de Saxo Bank pour 2014, mais plutôt un exercice visant à mettre en évidence les principaux risques pesant sur la préservation du capital, dans le but d'encourager les investisseurs à se préparer au pire des scénarios avant d'investir ou de spéculer. »

En savoir plus sur les prévisions chocs, rendez-vous sur : tradingfloor.com/fr

saxobank.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...