Connexion
/ Inscription
Mon espace

« La zone euro, une union monétaire en mal d’intégration fiscale et budgétaire »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Michael Hewson, Chief Market Analyst chez CMC Markets, livre un décryptage sans concession concernant la santé de la zone euro. Extraits.

« À en croire le ministre des finances allemand Wolfgang Schaüble, la zone euro disposerait désormais d’un peu plus de certitudes quant à une reprise économique. Un scénario auquel nous aimerions tous adhérer, mais qui demeure fragile » avance Michael Hewson.

Selon lui, « l’hypothèse la plus crédible est celle d’une stagnation économique durable de la zone euro, qui constituera la nouvelle normalité dans les prochaines années. »

« Wolfgang Schaüble présente très régulièrement le modèle allemand comme l’exemple à suivre pour les pays membres de la zone euro. La politique fiscale qui a été mise en œuvre au début des années 2000, lorsque le pays initiait un ambitieux programme de restructuration économique a porté ses fruits. Mais cette solution n’est malheureusement pas duplicable. L’Allemagne a réussi sa mutation il y a une dizaine d’années, au moment où l’économie mondiale bénéficiait d’une croissance dynamique. Le contexte est totalement différent aujourd’hui, avec un ralentissement économique global, un cours de l’euro anormalement surévalué qui détériore les balances commerciales, et donc, la croissance de bon nombre de pays européens. »

« La difficulté des pays européens à redevenir compétitifs tient en partie à des dissensions politiques significatives, qui freinent encore la convergence budgétaire et fiscale au sein de l’union monétaire » ajoute Michael Hewson.

« Pour penser une Europe intégrée, il est nécessaire que chacun des gouvernements accepte, au préalable, d’abandonner une partie de leur souveraineté fiscale et budgétaire. C’est à cette condition que pourra exister la cohésion économique européenne, avec une véritable union bancaire, un cadre fiscal harmonisé et une dette commune. Ce pas est encore loin d’être franchi.

Michael Hewson cite l’exemple de la France qui « n’est semble-t-il pas prête à concéder son indépendance pour diminuer le niveau des dépenses publiques, réformer résolument son marché de l’emploi et mettre en œuvre une vraie réforme des retraites. Il est difficile d’imaginer un quelconque transfert des prérogatives fiscales à l’échelon européen, alors même que le gouvernement continue d’exercer une forte pression sur les agents économiques privés. La consommation du secteur privé, déjà atone, pâtit de niveaux de taxation bien trop élevés. De leur côté, les dépenses de l’Etat peinent à être contenues et représentent à elles seules 50% du PIB national. De ce point de vue, le gouvernement français doit absolument rééquilibrer sa politique fiscale, au risque d’étouffer la reprise économique.»

En conclusion, Michael Hewson évoque le bien fondé du transfert fiscal, tel qu’il est pratiqué au Royaume-Uni : « La reprise économique du Royaume-Uni est assez hétérogène, entre le nord et le sud. Londres et le sud-est sont en avance dans le cycle économique par rapport au reste du pays. Ces déséquilibres importants seront en partie compensés par le transfert des recettes fiscales, depuis les régions économiques dynamiques vers celles qui sont les plus sinistrées. C’est vers ce type de système d’imposition intégré que doit se diriger l’union monétaire européenne. »

www.cmcmarkets.fr

 


Soyez acteur de la finance responsable !

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...