Connexion
/ Inscription
Mon espace

Draghi impuissant face à une reprise jugée faible et fragile

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Commentaire signé Fabrice Cousté, Directeur Général de CMC Markets France.

Le statut quo annoncé par la BCE refroidit les espoirs des marchés. Ou tout au moins l’optimisme de certains investisseurs qui pouvaient s’attendre à un discours un peu plus offensif de la part de Mario Draghi. Il n’en a rien été. Prudent dans ses déclarations lors de sa traditionnelle conférence de presse, le gouverneur de la Banque centrale n’a pas envisagé la mise en œuvre d’un nouveau dispositif de financement à long terme des banques européennes, ces fameuses opérations de LTRO.

Pas plus qu’un changement de perspectives concernant le principe de « forward guidance », établi depuis peu par l’institution monétaire à l’instar de la Réserve Fédérale américaine.

Quant à l’hypothèse d’un déclenchement du programme OMT, la BCE se garde bien d’évoquer le lancement effectif d’un processus de rachat illimité d’actifs, similaire au quantitative easing de la Fed. Un positionnement frileux mais pas innocent, tant la garantie d’une mise en œuvre de l’OMT en cas de détérioration du risque systémique, a à elle seule suffi à stabiliser les marchés financiers européens, en apaisant notamment le service de la dette des pays les plus en difficulté.

Reste qu’en « décidant de ne rien décider », la Banque Centrale fait le choix de ne pas stimuler davantage la reprise de la croissance en zone Euro, au moment où cette dernière pourrait en avoir besoin. Car l’activité économique européenne demeure encore timide. Récemment sortie de récession, l’Union monétaire est notamment fragilisée par une lente détérioration du marché du crédit. Les prêts consentis au secteur privé et aux particuliers ont faibli de 2% sur un an (entre août 2012 et août 2013). Il faut se rendre à l’évidence : en dépit des prêts aux conditions très attractives consentis par la BCE aux établissements bancaires dans le cadre des opérations de LTRO, la transmission de l’offre de crédit des banques auprès des agents économiques privés est bel et bien grippée. Il semblerait que la masse monétaire injectée dans le système bancaire européen lors des LTRO 1 et 2 (2 100 Mds€ entre 2011 et 2012) se soit déjà évaporée, puisque les banques ont remboursé à la BCE les lignes de financement obtenues. Il semblerait également que les établissements bancaires ne souhaitent pas prendre davantage de risque, à quelques mois d’une revue de leurs actifs par la Banque Centrale Européenne, dans le cadre de la procédure d’ « Asset Quality Review ».

Le constat interpelle. Ni le programme OMT, encore considéré comme anticonstitutionnel par la Cour Constitutionnelle allemande, ni le principe de « forward guidance », ni les opérations de LTRO, n’ont permis de régler le problème de l’anémie de la distribution de crédit en Europe. Or, sans crédit, point de reprise durable !


www.cmcmarkets.com/

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...