Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Point de vue] Produits structurés, pièges ou opportunités ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Emmanuel Paty, Responsable Ingénierie Financière et Olivier Gudefin, Ingénieur Financier chez Groupama AM.

Face à la volatilité des marchés actions et aux nouvelles exigences des régulateurs, de plus en plus d’investisseurs institutionnels sont à la recherche de solutions offrant des rendements significatifs tout en limitant le risque.

Dans ce contexte, les produits structurés peuvent sembler attractifs ; cependant leur mauvaise réputation les a précédés et l’impression que ces produits offrent souvent des promesses qui ne sont pas tenues peut refroidir l’intérêt potentiel.

Il est donc important, si l’on veut recourir à ce type d’investissements, de comprendre leurs mécanismes de fabrication et les démystifier, d’autant que la palette mise à la disposition des investisseurs avertis s’est considérablement élargie depuis quelques années.

 

Le choix du sous-jacent

Elément essentiel du produit, puisqu’il en constitue le moteur de performance. L’écueil à éviter est de choisir un sous-jacent bon marché pour afficher une formule de remboursement attractive : on privilégie ainsi la forme au fond (exemple : le moins bon d’un panier d’indices ou d’actions, un indice à fort dividende, de façon générale être exposé à la performance d’un sous-jacent à « forward » négatif et faible volatilité …).

A l’inverse l’évolution des technologies permet de customiser le sous-jacent, et par exemple de choisir un sous-jacent dynamique et géré plutôt que statique grâce à des mécanismes tel que le budget de volatilité qui pallie l’absence de marché de la volatilité implicite sur ce type de sous-jacent et permet d’éviter de surpayer le risque.

 

Le risque de crédit

Un des deux principaux carburants du produit avec le taux d’intérêt, d’autant plus essentiel en période où les taux longs atteignent des niveaux bas record ; même si on est revenu des excès pré-2008 qui voyaient les risques de crédit s’empiler (first-to–default, CDO) pour arriver à proposer des rendements attractifs, le crédit reste souvent une des causes principales de variations inexpliquées de la valeur de marché des produits structurés ; il importe donc, avant de construire un produit, de s’assurer que les paramètres du risque de crédit soient mesurables (soit via des références de CDS soit d’asset swaps), le cas échéant encadré par des accords de liquidité avec la contrepartie.

 

Le choix du payoff

Une fois choisis moteur et carburant, reste à définir la trajectoire souhaitée du véhicule d’investissement. Il ne faut pas perdre de vue que l’utilité d’un produit structuré est de déformer, en profitant de la convexité des options, une exposition linéaire au sous-jacent.

Les deux familles les plus fréquemment rencontrées sont les formules de rendement ou les formules de performance. Une formule de performance permet d’être exposé à la hausse d’un sous-jacent en supprimant ou limitant l’exposition à la baisse (et parfois au prix d’une limitation de l’exposition à la hausse potentielle : indexation inférieure à 100, cap, budget de volatilité,…). Une formule de rendement permet de remplacer une exposition linéaire par un rendement constant sur certaines plages de variations du sous-jacent.


www.groupama-am.fr

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...