Connexion
/ Inscription
Mon espace

Comment éviter un été boursier agité ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Chronique de Fabrice Cousté, directeur général de CMC Markets France

 

Comment gérer sereinement ses positions en portefeuille durant l’été ?
C’est la traditionnelle – mais non moins cruciale − problématique à laquelle sont confrontés les investisseurs au moment de prendre congé.

Et pour cause, l’histoire boursière des dernières décennies regorge d’étés meurtriers !

En juillet 1997, la crise asiatique née de la dépréciation du baht thaïlandais entraîne la perte de confiance dans les monnaies asiatiques, qui se déprécient à l’unisson. De nombreuses banques de la région sont alors en situation d’insolvabilité, l’activité économique et les marchés boursiers asiatiques s’effondrent.

Au mois d’août 1998, c’est le rouble qui se déprécie fortement en Russie, nécessitant l’intervention de la FED américaine pour éviter l’effet domino du krach sur les marchés obligataires internationaux.

Près d’une décennie plus tard, l’éclatement de la fameuse crise des subprimes américaines en août 2007 fait plonger subitement les marchés actions mondiaux, point de départ de la crise financière la plus ravageuse depuis 1929.

Sans oublier la crise de la dette grecque qui surgit en juillet-août 2011 et fait craindre l’effondrement des marchés financiers de la zone Euro. La dévalorisation des actions européennes est brutale, l’indice Stoxx Europe 600 fondant de -17,3% entre le 22 juillet et le 10 août.

La récurrence de tels accès de faiblesse en plein cœur de l’été peut (en partie) s’expliquer par un environnement un peu plus propice à la déstabilisation des marchés. L’activité boursière réduite des opérateurs de marchés usuels – le creux estival se caractérise par exemple par une baisse des volumes d’échanges sur l’indice CAC40, dont les flux d’investissement quotidiens n’excèdent pas 1 Md€  en août, contre une moyenne proche de 2 à 2,5 Mds€ le reste de l’année – peut ouvrir la voie à des débouclages de positions éclairs et massifs, de la part d’investisseurs spéculatifs. Et donc à de fortes variations de marchés.

Pour protéger leur allocation d’actifs d’éventuels soubresauts estivaux, les investisseurs disposent de nombreux outils.

Fil conducteur d’une gestion prudente, la diversification des investissements entre différentes classes d’actifs au profil complémentaire, décorrélées les unes des autres, est une règle de base intemporelle permettant de répartir les risques éventuels.

La mise en place de stop-loss, ces ordres de ventes boursiers déclenchés systématiquement lorsque le prix d’un actif chute sous un seuil prédéfini, permet un pilotage automatique du portefeuille. Nul besoin pour l’investisseur de suivre activement ses positions, les moins-values potentielles sont de facto limitées.

De même, le recours à des produits dérivés comme les options appelées « call » ou « put » constitue une autre alternative garantissant une couverture. Quoiqu’un peu plus complexes, ces instruments sont assimilées à des assurances sur des produits sous-jacents. Ils permettent à l’investisseur d’exécuter un droit de vente (put) ou d’achat (call) sur un actif donné, et pour une durée définie, en contrepartie d’une prime. En somme, l’acheteur d’un call ou d’un put ne perd jamais plus que le prix de la prime, en cas de marché défavorable.

Restent enfin les CFD, les contrats de différence (Contract For Difference), une jeune classe d’actifs éclose au début des années 2000 sur les marchés anglo-saxons. Les CFD permettent de trader de très nombreux sous-jacents (actions, indices, devises, matières premières…), issus de toutes zones géographiques, sans pour autant détenir ces actifs à proprement dit. Il s’agit pour l’investisseur de prendre des positions sur les indices, actions ou matières premières et de ne bénéficier que de la différence (gain ou perte) résultant de la position. L’intérêt d’un tel instrument est multiple pour l’investisseur, pour peu que celui-ci en maîtrise l’usage : diversification géographique, diversification des classes d’actifs, possibilité de vente à découvert procurant une solution de protection à moindre coût. En effet, les frais de gestion des CFD sont bien inférieurs à ceux supportés lors d’arbitrages de titres vifs, en raison du fractionnement du capital que procure l’effet de levier.

www.cmcmarkets.fr

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...