Connexion
/ Inscription
Mon espace

Ben Bernanke : sa parole est d’or

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Une analyse de Fabrice Cousté, Directeur général de CMC Markets

L’équation « good news = bad news » prévaut toujours dans l’esprit des investisseurs boursiers.
Après l’intervention du patron de la Réserve Fédérale américaine, Ben Bernanke, hier au Congrès, les marchés actions poursuivent sereinement leur progression. Sans nouvel effet d’annonce majeur, le président de la FED s’en est tenu à reformuler la garantie que la Banque centrale s’engage à apporter aux marchés, à court terme : selon lui, une politique monétaire très accommodante « reste appropriée dans un avenir proche » compte tenu, entre autres, d’un taux de chômage encore à 7,6% aux États-Unis. Le maintien de taux directeurs au plus bas sera ainsi encore assuré pour une période « considérable ».

Le timing d’un resserrement monétaire en 2014 satisfait les investisseurs boursiers, qui voient d’un bon œil le statu quo sur les taux d’intérêt et l’afflux de liquidités sur les marchés, précieux moteur de la valorisation des actions au cours des derniers trimestres. La corrélation très étroite entre les récentes variations de marché et les indications des banques centrales relève d’une lecture inédite des fondamentaux économiques. Paradoxalement, la progression des indicateurs macroéconomiques américains est perçue comme un facteur baissier, à court terme, pour la progression des actions.

Compte tenu du soutien actuellement immodéré des banques centrales, les investisseurs en viennent à redouter une vigueur économique trop tôt retrouvée. En prolongeant le dopage monétaire, Ben Bernanke ouvre la voie à un mouvement de revalorisation supplémentaire pour les actifs risqués, notamment les actions européennes (l’indice CAC 40 flirte de nouveau avec les 3 900 points, après un rebond de 8,5% depuis le 24 juin) et leurs homologues des marchés émergents. Les matières premières, plus précisément les métaux précieux, sont aussi les grands gagnants du cycle de stimulation monétaire.

Fortement corrélé à l’affaiblissement du cours du dollar et dépendant d’une politique monétaire inflationniste, le prix de l’or s’est récemment renchéri, après l’énorme trou d’air du printemps. Le cours de l’once d’or s’est apprécié de 6,6% depuis trois semaines, pour entrer dans un canal entre 1 275 et 1 285 USD. Le franchissement du seuil symbolique de 1 300 USD est un objectif crédible d’ici quelques séances. Les investisseurs doivent en profiter sans attendre, car l’actif devrait logiquement connaître une nouvelle période de turbulence en 2014, lorsque la Réserve Fédérale mettra en œuvre le retrait de son dispositif monétaire non conventionnel.

www.cmcmarkets.com.au

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...