Connexion
/ Inscription
Mon espace

Embellie en vue pour les stratégies allocataires

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

De Michaël LEVY, Associé - Gérant de FLEX 360 - Responsable de la multigestion chez 360 AM

Les temps sont difficiles, pour les stratégistes et les gérants allocataires. La cause de ces complications ? La sortie désormais programmée de la politique d’assouplissement quantitatif de la Fed a pris de court les investisseurs, rompant brutalement avec un environnement de marché qui favorisait jusqu’ici l’obligataire.

Une déstabilisation qui a été renforcée par d’autres facteurs d’inquiétude en provenance des pays émergents, comme la crise de liquidité sur le marché interbancaire chinois et le regain de tension socio-politique en Turquie et au Brésil. Résultat : un mouvement de purge généralisé dont pas une classe d’actifs n’est sorti indemne, reflet d’une recorrélation à la baisse de l’ensemble des marchés.
Cette nouvelle phase de stress de marché a logiquement affecté les produits de taux. Valeurs refuge d’hier, les Bunds et Tbonds ont ainsi vu leur rendement à 10 ans se tendre respectivement à 1,8% et 2,6%. Mais ce fut aussi le cas des actifs risqués, matières premières, crédit et actions réunis, qui ont tous reculé de concert. Même le dollar, en dépit d’une configuration favorable, est parvenu, dans un premier temps,  à s’affaiblir face à l’euro.

La convergence de ces tendances baissières a pris en défaut la plupart des stratégies d’investissement. Ont été impactées les stratégies Long Only, bien sûr, structurellement exposées aux marchés. Mais ce fut aussi le cas des stratégies Total Return, dont des effets devises défavorables ont souvent compensé le raccourcissement opportun des durations et des dispositifs de couvertures mis en place au court des derniers mois. Autre exemple : les stratégies de type Smart Bêta ont été pénalisées par le changement de régime de volatilité. Les stratégies alternatives ont, à l’exception des « market neutral », toutes cédé du terrain, pour les mêmes raisons. Sans doute devons-nous nous habituer à subir des chocs de liquidité, comme le récent  et spectaculaire mouvement  des taux d’emprunt du Portugal.

Est-ce pour autant l’amorce d’une nouvelle phase de bear market généralisé ? Non. Certes, trois foyers de risques continuent d’inquiéter : les déséquilibres croissants sur les marchés émergents, les doutes sur la soutenabilité des dettes européennes et les incertitudes sur l’agenda de la Fed. Toutefois, ces éléments secrètent leurs propres contrepoids et ne portent pas en eux-mêmes les germes d’un krach ou d’une perte de contrôle de l’obligataire américain (la Fed conditionne en effet la fin de sa stratégie accommodante à une embellie conjoncturelle durable). Après cet épisode de tension récent, essentiellement dicté par des phénomènes techniques de flux, les investisseurs devraient donc retrouver une grille de lecture fondamentale des marchés, favorisant un mouvement mécanique de décorrélation entre classes d’actifs. C’est une bonne nouvelle, pour les stratégistes et autres allocataires, dont les opportunités de diversification devraient dès lors se multiplier.

L’environnement de marché actuel milite donc pour rééquilibrage des portefeuilles entre marchés d’actions et marchés de crédit et plus généralement, pour des prises de positions plus contrariantes.

www.360-am.com

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...