Connexion
/ Inscription
Mon espace

Japon : Miracle ou mirage ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Chronique signée Fabrice Cousté, Directeur Général de CMC Markets France.

Habitués à scruter tout particulièrement l’évolution des conditions de marchés en zone Euro au cours des dernières années, les investisseurs déplacent aujourd’hui la focale. Alors que les perspectives économiques demeurent atones pour le Vieux Continent et que la Banque Centrale Européenne maintient le statut quo, les catalyseurs boursiers sont ailleurs.
L’inflexion de la politique monétaire de la Réserve Fédérale américaine et le comportement de l’économie nippone, après l’extraordinaire dumping monétaire initié par sa banque centrale, seront les facteurs décisifs de l’orientation des principales places boursières, au second semestre de l’année.

Un premier constat s’impose : America is back ! La grande majorité des signaux conjoncturels sont au vert outre-Atlantique, renouant avec leurs niveaux d’avant crise : amélioration du marché immobilier (nette hausse des prix immobiliers selon l’enquête Case-Shiller), taux de chômage au plus bas depuis 2008 (à 7,5%), marges bénéficiaires des entreprises reconstituées, moral des ménages au plus haut depuis 5 ans. En bourse, Wall Street a battu tous les records de valorisation ces derniers mois, dopés par les injections monétaires de la Réserve Fédérale.
Seulement voilà. La perspective d’une baisse supplémentaire du chômage dans les prochaines semaines va inciter la Fed à réviser sa politique monétaire ultra-accommodante. Un resserrement monétaire est donc attendu d’ici la fin d’année. Aujourd’hui, les marchés redoutent ce changement de cap, qui risque de rendre les actions un peu moins attractives face à des obligations dont les rendements seront revalorisés. Une appréhension légitime après avoir été bercés sur des matelas de liquidités, mais probablement exagérée.
En effet, il est fort à parier que Ben Bernanke ne commettra pas la même erreur que son homologue Alan Greenspan, en 1994, et fera tout pour assurer un resserrement en douceur. C’est de toute façon la voie naturelle à suivre pour une économie revigorée. On peut raisonnablement imaginer des coupes très progressives dans le programme de rachat d’actifs, par exemple à un rythme de 5 Mds$ par mois. De la même façon, même quelque peu rehaussés, les taux directeurs resteront encore très faibles en 2014. Les incertitudes actuelles des investisseurs devraient impacter les marchés boursiers de façon marginale, en comparaison du remarquable moteur haussier que représente la reprise de la croissance U.S. à moyen terme.

Le Japon serait-il sur la même voie que les États-Unis ? C’est en tout cas ce que peut laisser imaginer le redressement de la croissance nippone au premier trimestre. Pour stimuler l’économie, la banque centrale nippone a elle aussi frappé un grand coup (110 Mds€/mois de rachats d’actifs), comme la Fed précédemment. Associé aux mesures économiques annoncées par le premier ministre Shinzo Abe, le dumping monétaire réalisé par la Bank of Japan pour déprécier le yen et rétablir la compétitivité des entreprises nationales à l’export, a soutenu l’extraordinaire rally des actions japonaises. L’indice Nikkei 225 a progressé de 80% entre le 12 novembre et le 22 mai dernier, un rythme comparable à celui qu’avaient connu certaines Bourses mondiales entre le point bas de 2009 et 2011. Et parmi les dommages collatéraux du volontarisme monétaire japonais, un coup non négligeable porté à l’activité commerciale des autres économies d’Asie. Avec une parité JPY/ revenu autour de 100 Yens pour 1 USD, le secteur privé nippon a pu rogner quelques parts du marché régional, face à son grand rival chinois et à d’autres pays émergents asiatiques.

Cette impressionnante reprise boursière s’est toutefois heurtée au réalisme des investisseurs qui depuis le milieu du mois de mai doutent de la capacité de ces mesures à redonner un élan structurel et durable à l’économie. Le pays demeure profondément ancré dans un cycle économique déflationniste, depuis des décennies. Et il ne faut pas oublier qu’au cours des trente dernières années, la majorité des rallyes boursiers au Japon n’ont pas permis de valorisation durable des actions. Le scénario d’un rebond sans lendemain est probablement le plus crédible. Passée l’engouement des investisseurs, la marge de manœuvre de la Bank du Japon est aujourd’hui restreinte : elle n’a pas d’autre choix que d’en faire davantage pour continuer à pressuriser la devise nationale. 

www.cmcmarkets.com.au

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...