Connexion
/ Inscription
Mon espace

Obligations internationales : le contexte appelle encore à la sélectivité

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Ariel Bezalel, gérant du fonds Jupiter Dynamic Bond, chez Jupiter AM.

Les Etats-Unis réunissent les ingrédients nécessaires à une reprise durable. A l’opposée, l’Europe reste dans une mauvaise passe.

Du côté des Etats-Unis, un des principaux sujets d’interrogation est l’avenir de son programme de rachats obligataires et des taux d’intérêts. Selon nous, les taux américains ne devraient pas remonter prochainement malgré les signaux envoyés par les marchés monétaires qui laissent supposer une remontée des taux d’ici mi-2014. En effet, nous pensons que la Réserve Fédérale va vouloir s’assurer qu’une certaine vitesse de croisière a été atteinte par l’économie avant d’envisager une remontée des taux. Nous pourrions assister d’ici la fin 2013 à une légère diminution des rachats d’obligations, mais la banque centrale voudra sans doute constater avant cela de meilleurs chiffres concernant l’emploi.

Une des autres préoccupations de la Réserve Fédérale est le faible niveau de l’inflation. L’indice des prix à la consommation (i.e. l’indice core PCE, c'est-à-dire hors nourriture et énergie) s’établit à seulement 1,1%, un niveau bien trop proche de la déflation pour pouvoir être satisfaisant. Le mini ralentissement que les Etats-Unis connaissent actuellement n’est probablement que le résultat du resserrement budgétaire le plus draconien en un demi-siècle que le pays a connu et devrait se résorber d’ici la fin de l’année.

Selon nous, l’objectif de la Réserve Fédéraleest de refroidir l’ardeur des marchés, actions et du crédit, et de faire en sorte que les investisseurs soient mieux préparés pour un changement de politique dans les 12 prochains mois. Dans ce scénario, les taux d’emprunt américains devraient remonter sur la période, mais nous ne devrions a priori pas assister au même phénomène qu’en 1994, lorsque la Fed avait relevé les taux brutalement et les prix des obligations avaient fortement chuté.

Pour de nombreux observateurs, ce changement de ton de la part de la Réserve Fédérale est la principale raison de la volatilité actuelle du marché obligataire. Selon nous, la faiblesse économique des marchés émergents est aussi un facteur important. Les spreads des obligations des marchés émergents se sont considérablement élargis, ce qui a augmenté le risque de crédit à tous les niveaux.

Paradoxalement, la situation fait que les obligations corporate européennes nous semblent relativement plus attractives que celles d’outre-Atlantique, même si les investisseurs doivent rester sélectifs. L’amélioration des perspectives économiques américaines accroît le risque que les taux d’intérêts augmentent trop vite, créant une fuite des investissements hors des obligations investment grade et high yield. D’un autre côté, en Europe, la faiblesse des indicateurs économiques devrait maintenir un plafond sur les taux d’emprunt, obligeant les investisseurs à se tourner vers les obligations corporate pour de meilleurs rendements. Mais il faut rester prudent, car l’Europe est encore dans une passe dangereuse : en Italie, les données bancaires montrent une augmentation de 22% des prêts non productifs sur l’année glissante et une baisse de 2% des crédits accordés. La situation de pays comme la France empire et celle de l’Allemagne commence à être problématique, d’une part du fait de la stagnation européenne, et d’autre part du fait de la menace que fait peser la dévaluation du yen sur les exportations allemandes. Malgré tout, au Royaume-Uni par exemple, on peut trouver de belles opportunités mais qui ne sont peut-être que temporaires étant donné la réticence continue des banques à accorder des crédits.

Ailleurs dans le monde, l’attractivité des obligations souveraines mexicaines tient notamment aux profondes réformes structurelles mises en œuvre dans le pays et à la manne que représente le nombre croissant d’entreprises américaines qui choisissent de relocaliser au Mexique leurs usines auparavant implantées en Extrême-Orient.

La situation en Chine joue un rôle prépondérant dans notre décision d’investir dans les obligations souveraines australiennes. En effet, la croissance de l’économie devrait ralentir significativement à cause de la baisse de la demande chinoise de matières premières australiennes. Les prix des obligations souveraines australiennes devraient monter à mesure que le marché valorisera les futures baisses de taux qui ne devraient pas manquer d’avoir lieu d’ici la fin de l’année pour stimuler l’économie du pays.

Enfin, dans ce contexte, nous restons fidèles à notre stratégie d’investissement. Pour nous, il est important de ne pas se fier à la volatilité à court terme ni au bruit ambiant, mais uniquement aux fondamentaux, qui sont les meilleurs indicateurs de la manière dont l’économie mondiale, notamment américaine, se comportera dans les mois à venir. Les Etats-Unis montrent les signes les plus tangibles d’une reprise durable ce qui nous incite à favoriser le dollar américain. Et si l’appétit des investisseurs venait à s’amenuiser, il devrait bénéficier de son statut de monnaie de réserve.

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...