Connexion
/ Inscription
Mon espace

Perspectives estivale : « L’Europe en reconstruction »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Analyse de l'Union Bancaire Privée

Depuis de nombreux trimestres déjà, l’ensemble des prévisionnistes – économistes, analystes ou encore médias – se sont fait l’écho de scénarios catastrophes concernant l’Europe. Si des problèmes de fond perdurent dans la région, ils semblent paradoxalement avoir été intégrés par les marchés, et les primes de risque en place sur plusieurs actifs ont fondu.

Europe: les jalons de la reconstruction

Il apparaît en effet une réelle dichotomie entre la situation économique européenne, qui est toujours dégradée, et les marchés financiers, qui sont repartis à la hausse. Ces derniers semblent avoir raison d’être optimistes car une inversion de tendance se dessine, annoncée par des indicateurs mensuels meilleurs que prévu – comme la baisse du taux de chômage en Espagne et le rebond du moral des entreprises. De plus, le «policy mix» (combinaison des politiques budgétaires et monétaires) est en train de changer, et la spirale récessionniste devrait pouvoir être enrayée.
« Il serait donc peut-être temps de revoir la copie en ce qui concerne l’Europe, et d’envisager une vision enfin plus positive. Car, même si le crédit fait encore défaut en zone euro, les réformes adoptées depuis 2008 et la détermination dont certains gouvernements font preuve – surtout dans la périphérie – donnent des pistes pour une sortie de récession et une reconstruction de l’Europe », note Patrice Gautry, Chef économiste de l’UBP. Et de citer cinq jalons fondamentaux pour ce réveil européen :µ
- L’assouplissement des contraintes budgétaires redonne un espace de croissance s’il est associé à des réformes structurelles, à un choc à la baisse des taux longs et à une perspective d’harmonisation budgétaire.
- Les débats actuels sur la fiscalité vont très certainement obliger les Etats européens à envisager des réformes plus audacieuses, ce qui sera à terme positif pour la région.
- Au moment où les Etats-Unis ont mis en place un «new deal» énergétique et renoué avec la compétitivité, la ré-industrialisation de l’Europe paraît plus que jamais fondamentale pour son avenir. Ainsi, les réformes portant sur la productivité et les coûts liés au travail permettent déjà à certains pays de regagner des parts de marché.
- Le rebond de la productivité dans plusieurs pays et une vraie politique de « zone économique » intégrée devraient permettre à la zone euro d’éviter « une décennie perdue » à la japonaise et d’échapper au spectre de la déflation.
- Enfin, la BCE doit se montrer plus agressive. Un nouveau plan d’aide sur le crédit est nécessaire, car il permettra de relancer la demande et de faire encore baisser les coûts de refinancement, diminuant ainsi les charges financières de tous les agents économiques.

Un filon pour l’investissement à moyen terme
« Ce train de mesures, censées permettre à l’Europe de sortir progressivement de la récession, est très positif. Toutefois, les analystes et les marchés restent sceptiques, ce qui crée une opportunité », précise Alan Mudie, Chief Investment Officer de l’UBP. « Dans ce contexte, nous privilégions les marchés actions, et plus spécifiquement les actions européennes et japonaises, qui recèlent un potentiel important », poursuit-il.

La stratégie de portefeuille en sept piliers :
- Les marchés actions devraient continuer à bénéficier de cet environnement favorable, et leur progression devrait être renforcée par les flux en provenance des placements à taux fixe.
- Les actions européennes plus particulièrement – qui ont plus de chemin à parcourir pour retrouver les sommets d’avant la crise – demeurent sous-évaluées par rapport aux actions américaines. Au sein de la zone euro, il convient de favoriser les sociétés qui se sont positionnées pour profiter de la reconstruction en cours.
- Les obligations convertibles européennes offrent également des perspectives de performance plus attrayantes que leurs équivalentes américaines.
- L’euro apparaît trop cher et son affaiblissement serait une aubaine pour la zone euro: nous lui préférons donc le dollar.
- Au sein des portefeuilles obligataires, nous recommandons de se concentrer sur les échéances les plus courtes, et de privilégier les obligations d’entreprises. Notons néanmoins qu’à l’aune des réformes engagées dans les pays périphériques européens, il est peut-être temps de réévaluer les opportunités offertes par les obligations souveraines de la périphérie, par exemple les emprunts italiens.
- La situation actuelle est moins propice aux valeurs refuges. L’or n’a toutefois pas perdu tout son attrait à moyen terme et demeure une excellente protection contre les dérives monétaires des banques centrales.
- Au sein des placements alternatifs, la configuration des marchés et de l’économie mondiale est plus favorable aux stratégies de type « long/short » et « global macro », en raison d’un léger regain de volatilité et d’une moindre corrélation entre les actifs, traduisant notamment un retour à la normale sur les marchés et une nette reprise de la confiance.

www.ubp.com

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...