Connexion
/ Inscription
Mon espace

Comment générer de la performance dans un environnement sans précédent

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Commentaire de Vincent Strauss, Président du Directoire de Comgest et Responsable de la gestion, et Arnaud Cosserat, Directeur Général et Responsable adjoint de la gestion.

La politique non conventionnelle des banques centrales entraîne une création monétaire débridée à l’échelle mondiale, y compris sur les marchés émergents qui font également marcher la planche à billets pour éviter l’appréciation de leur monnaie. Cette création monétaire engendre des flux records dans les marchés de capitaux et, donc, une inflation des actifs considérable alors même que l’érosion des taux d’intérêt garantit des rendements réels négatifs sur les obligations.

Cette répression financière qui favorise les banques mais ruine les épargnants et les fonds de pension oblige les investisseurs à se tourner vers des classes d’actifs toujours plus risquées et de moins en moins liquides. Ainsi, paradoxalement, l’excès de liquidité créé par la politique des banques centrales actuellement pourrait conduire, à terme, à une crise de liquidité.
Une création monétaire effrénée qui n’a cependant pas eu l’effet escompté sur l’économie réelle qui montre une décélération au niveau mondial. Seuls les Etats- Unis tirent leur épingle du jeu grâce, notamment, à l’effet gaz de schiste et à la faculté qu’ont les ménages à emprunter de nouveau après s’être désendettés.

Malgré la faiblesse des fondamentaux, la plupart des indices boursiers montent, portés par la liquidité. C’est le cas du marché des actions européennes qui a bien performé depuis 1 an (+21,5% entre le 14 juin 2012 et le 17 juin 2013) alors que la croissance des bénéfices par action est en forte baisse au cours de la même période (-10,4%). On constate le même découplage des cours par rapport aux fondamentaux dans les marchés émergents. Cette hausse des marchés est portée par une recherche de « croissance visible » de la part des investisseurs qui s’intéressent tout particulièrement aux valeurs de consommation non cycliques.

Malgré ces bonnes performances, les valorisations restent faibles à l’exception des marchés émergents où les valeurs de consommation non cycliques coûtent beaucoup plus cher que leurs homologues des marchés développés exposés aux consommateurs des marchés émergents tels que Heineken ou Yum!Brands.

Dans cet environnement incertain, nous continuons à investir dans des sociétés offrant durablement une croissance des bénéfices supérieure à la moyenne. Ainsi, sont sélectionnées dans les portefeuilles des sociétés exposées aux megatrends telles que le vieillissement de la population et le progrès médical (Johnson-Johnson, Medtronic, Biomarin,...) ou la numérisation de l’économie (Oracle, Adobe, Google,...) à condition que celles-ci aient un positionnement unique : des produits et services exceptionnels, une franchise forte (taille, réseaux de distribution,...), une faible sensibilité aux cycles économiques et une performance régulière.

Notre approche croissance de qualité a porté ses fruits : 85% des 34 fonds de Comgest notés par Morningstar obtiennent 3 étoiles ou plus. Par exemple, le fonds Comgest Growth Europe a délivré une performance annuelle de 14,52% sur 3 ans. En comparaison, son indice de référence, le MSCI Europe Index, affiche une performance annuelle de 7,77% sur la même période. Cette approche a également permis une navigation réussie entre les différents marchés actions mondiaux en sous-pondérant les marchés émergents dont le poids a baissé de 30 à 15% entre mars 2010 et mars 2013 et en surpondérant le Japon qui est passé de 20 à 30%. Ce dernier affiche, en effet, les plus fortes prévisions de croissance des bénéfices par action de la planète et des niveaux de rentabilité remarquables pour les sociétés détenues dans les fonds Comgest : Canon, Fanuc, Daikin et Makita.

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...