Connexion
/ Inscription
Mon espace

Un collectif d’investisseurs appelle à une déclaration des Nations Unies exigeant des entreprises qu’elles intègrent les problématiques de développement durables dans leurs reportings

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
Sous l’impulsion d’Aviva Investors, un collectif composé de différents acteurs a appelé les États membres des Nations Unies à mettre en place un cadre politique mondial, exigeant des sociétés cotées et des grandes entreprises privées qu'elles intègrent les informations relatives au
développement durable dans leur rapport annuel et dans leur comptabilité - ou qu’elles expliquent pourquoi elles ne peuvent pas le faire.

Paul Abberley, Directeur général d’Aviva Investors à Londres, a lancé cet « appel à l’action » lors du Forum des Nations Unies sur le secteur privé : l'accès à une énergie durable pour tous, organisé lundi 19 septembre parallèlement à la 66ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies.
Parlant au nom de la Corporate Sustainability Reporting Coalition (Collectif sur le reporting développement durable), Paul Abberley demande aux États membres de l’ONU d'adopter un engagement international contraignant pour la mise en place de politiques nationales imposant la publication d'informations relatives au développement durable. Le collectif appelle les États membres de l’ONU à adopter ce cadre politique mondial lors de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (sommet de la Terre 2012), qui se tiendra en juin 2012 à Rio de Janeiro.

Selon le collectif, ce cadre politique international doit se baser sur deux principes clés majeurs :

1. Transparence – Les États membres de l’ONU doivent mettre en place une réglementation nationale obligeant à l’intégration des problématiques pertinentes en matière de développement durable dans le rapport annuel et la comptabilité ;

2. Responsabilisation – Les États membres de l’ONU doivent proposer des mécanismes efficaces pour que les investisseurs puissent demander des comptes aux entreprises sur la qualité des informations publiées, avec par exemple un vote consultatif lors de leur assemblée générale.
Aviva plc, société mère d’Aviva Investors, a été le premier organisme de services financiers à soumettre son rapport sur le développement durable, intégré au rapport annuel et aux comptes, à un vote consultatif des actionnaires.
Le collectif englobe des établissements financiers, des organismes professionnels, des ONG et des investisseurs dont l’encours mondial représente 1600 milliards d’USD. Elle inclut également des
acteurs tels que l’Association of Chartered Certified Accountants, CA Cheuvreux, Generation Investment, Global Reporting Initiative et Hermes.
Paul Abberley, Directeur général d’Aviva Investors Londres, a déclaré :
« À travers le monde, les sociétés progressistes ont compris que l'intégration du développement durable dans leur stratégie et une communication exhaustive aux investisseurs sur l’avancée de leurs
projets permet d’accroître la valeur à long terme. En notre qualité d’investisseur de long terme, nous reconnaissons également l'impact positif sur la valeur actionnariale de cette prise en compte du
développement durable dans la stratégie.
Nous pensons que tous les conseils d’administration devraient tenir compte de l’orientation durable de la société dont ils ont la gouvernance. Cela devrait non seulement augmenter la rentabilité à long
terme et les rendements pour les investisseurs, mais également améliorer la qualité des places boursières, renforcer la stabilité macrofinancière et contribuer de manière significative à la vie des
personnes sur lesquelles l'activité de l'entreprise a un impact. C’est pourquoi nous appelons les États membres des Nations Unies à s'engager à mettre au point des politiques en matière de reporting de développement durable pour les entreprises. Les marchés évoluent au gré des informations qui leur sont fournies. Si ces informations ne concernent que le court terme et sont incomplètes, nos marchés
ne pourront adopter une approche exhaustive et à long terme. »
Ernst Ligteringen, Directeur général de la Global Reporting Initiative, a affirmé :
« Les sociétés pionnières ont prouvé l’avantage qu’il y avait à publier les informations relatives au développement durable. La question qu’il faut poser maintenant est : pourquoi ne publiez-vous pas ces informations ? Les États membres ont ici l'occasion d’ouvrir la voie d'une économie mondiale durable en demandant à toutes les grandes entreprises de communiquer sur l’impact du développement durable, soit dans le cadre d’un rapport sur le développement durable, soit en
intégrant ces informations aux données financières. Si elles ne le font pas, elles devront expliquer leur silence. »
Helen Brand, Directrice générale de l'Association of Chartered Certified Accountants, a pour sa part ajouté :
« Nous sommes ravis de soutenir Aviva Investors dans ses efforts pour placer le développement durable au coeur de la planification et de la stratégie de l’entreprise. Les entreprises ont aujourd’hui la
possibilité d’endosser un rôle majeur dans cette quête d’un modèle plus durable. Si elles veulent utiliser pleinement la possibilité qui leur est donnée de façonner le monde de demain, il est essentiel
que les entreprises fassent du développement durable un élément phare de leur stratégie et qu’elles l’intègrent dans leur processus clés, et notamment le reporting. Le reporting intégré est une approche
moderne de ce que le monde attend des entreprises au XXIème siècle. »

Lire la suite...


Articles en relation