Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les places boursières profiteront encore du « quantitative easing » au 2ème trimestre.

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Commentaire signé de Fabrice Cousté, Directeur Général de CMC Markets France
La Réserve Fédérale américaine fait réagir les marchés boursiers. Après le courant correctif subi depuis près d’un mois, les investisseurs se sont enthousiasmés des Minutes de la Fed.

Un paradoxe, puisque les perspectives de la Fed sur le front de l’économie américaine, ont été révisées à la baisse : une croissance comprise entre 2,3 et 2,8% cette année est désormais attendue, contre une fourchette 2,3 à 3% lors des dernières prévisions du mois de décembre.

Pour l’année 2014, la croissance devrait s’accélérer et s’établir entre 2,9 et 3,4% selon la Fed (contre 3 à 3,5% pour la fourchette précédente). Cet ajustement baissier s’explique notamment par les mesures de rigueur (hausse des impôts et baisse croissante des dépenses publiques) à l'œuvre depuis le début de l'année, de nature à « comprimer la demande globale ».

Sur le plan du chômage, l’estimation de la Fed est restée quasi inchangée par rapport aux prévisions antérieures. L’amélioration sera plus sensible l’année prochaine avec un taux entre 6,7 et 7% (contre 6,8 à 7,3% anticipé précédemment). Et comme la politique monétaire de la Fed est fidèlement corrélée à l’orientation de l’emploi, cette éclaircie va conduire l’institution à freiner le rythme « du Quantitative Easing » qu’elle opérait jusqu’alors. C’est en tout cas ce que laisse entendre la majorité des dirigeants de la banque centrale, favorable à un ralentissement progressif des rachats d’obligations américaines, à partir de l’été prochain. Actuellement, ces opérations visant à dégonfler mécaniquement les taux longs US, portent sur 85 Mds$ par mois.

Mais d’où provient la ferveur des marchés, si la Fed rengaine son arme monétaire ? Tout simplement du timing de désengagement de la Reserve Fédérale. Désormais, un calendrier est plus ou moins fixé, assurant un peu plus de visibilité aux marchés. Surtout, les investisseurs ont la certitude que les mesures ultra-accommodantes perdureront tout au long du deuxième trimestre, ce qui constitue un soutien, artificiel certes, mais appréciable pour les actions. L’afflux de liquidité (USA, Japon, Royaume-Uni) continuera de stabiliser les marchés tant que les premiers signes de ralentissement de ces politiques ne seront pas matérialisés.

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...