Connexion
/ Inscription
Mon espace
Questions de gestion
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Questions de Gestion] La crise de l’énergie affecte actuellement le Royaume Uni

Commentaire de Robert Minter, Director of Investment Strategy d'abrdn sur la crise de l’énergie qui affecte actuellement le Royaume Uni

« 1,5 million de ménages britanniques sont actuellement touchés par la défaillance de leur fournisseur d'énergie, soit près de 20% des ménages. Avec la hausse du prix des matière premières, la volatilité et le plafonnement des prix du marché, certaines entreprises du secteur ont été contraintes d’arrêter la distribution d'énergie.

Il existe des parallèles entre la crise actuelle et celle au Texas en février où, à son paroxysme, 4,5 millions de ménages ont été touchés, soit 47% d’entre eux. Les deux crises se sont produites pendant une période de maintenance au cours de laquelle ont eu lieu des anomalies météorologiques. Il ne fait aucun doute que toutes deux auront des conséquences politiques.

La transition énergétique actuelle est en partie à blâmer, car le choix est trop binaire : soit 100% d'énergies renouvelables intermittentes, soit une dépendance continue au charbon. Le problème des crises au Texas et au Royaume-Uni est que l'électricité de réserve a été modélisée pour un système différent. Dans l'ancien système, la capacité de réserve était nécessaire pour réagir aux changements inattendus de dernière minute de la demande d'électricité liée aux conditions météorologiques. Dans le nouveau système, la capacité de réserve doit être considérablement plus élevée pour permettre de faire face à des baisses subites dans l’approvisionnement en électricité liées aux conditions météorologiques, en plus des hausses soudaines de la demande. Ce besoin rendra l'électricité systématiquement plus chère.

En outre, de nombreux gouvernements dans le monde ont cherché à restreindre les flux de capitaux vers les entreprises de combustibles fossiles. Des sociétés représentant 14 000 milliards de dollars d'actifs sous gestion ont ainsi accepté de restreindre les capitaux engagés dans les entreprises de combustibles fossiles. Le taux d'épuisement mondial de la production de pétrole est de 5 à 7% par an, ce qui signifie que si aucun investissement n'est réalisé dans la production future, l'offre de pétrole se réduit naturellement de 5 à 7 millions de bpj. Le plan des gouvernements consiste, en restreignant l’accès au capital, à permettre à l'offre de pétrole de diminuer de ce montant ou plus, et à forcer les utilisateurs et la demande, à se tourner vers des énergies alternatives. Bien qu'il s'agisse d'une "politique bon marché" qui n'affecte pas les budgets gouvernementaux, elle n'incite pas les gens à demander davantage d'énergie renouvelable. Nous nous attendons à ce que les politiques gouvernementales se concentrent davantage sur la création d'une demande pour les véhicules électriques et les énergies renouvelables plutôt que sur la restriction de l'offre à l'avenir. 

Nous vivons dans un monde populiste facilement excitable et les prix de l'énergie qui sont multipliés par 10 auront des conséquences politiques. La réponse est d'utiliser les énergies renouvelables en quantité aussi massive que possible, en se basant sur une capacité de secours provenant de centrales nucléaires, de centrales de pointe au gaz naturel avec une capacité de stockage suffisante. »

Lire la suite...


Articles en relation