Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les rendements réels élevés n’ont pas tous disparus de l’univers obligataire

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Selon Brandywine, filiale de Legg Mason, des opportunités de rendements réels élevés existent encore dans des pays comme le Portugal, le Chili et le Brésil, offrant aux investisseurs une chance de profiter de l’appréciation du capital, la hausse des coûts de financement ralentissant l’activité économique et réduisant lesanticipations d’inflation. « Lorsque l’on observe les emprunts à 10 ans de différents pays, on s’aperçoit qu’un certain nombre de marchés offrent des rendements réels relativement élevés – c’est par exemple le cas du Portugal, du Chili et du Brésil, » souligne Jack McIntyre, gérant chez Brandywine. « A terme, ces rendements réels élevés devraient avoir un impact négatif sur l’activité économique globale et réduire les anticipations d’inflation, ce qui entraînera une baisse des rendements nominaux et une hausse des prix. »

Brandywine Global se tient en revanche à l’écart des marchés dont les rendements réels sont très bas ou négatifs, dans la mesure où la faiblesse des coûts de financement devrait finir par y stimuler l’activité économique. « Notre approche consiste à cibler les marchés risquant de connaître un ralentissement afin de profiter du potentiel d’appréciation des prix, » explique le gérant.

Dans le portefeuille, cette stratégie se traduit par une sous-pondération des marchés « refuges » où les rendements sont bas ou négatifs au regard de l’inflation. A l’été 2012, Brandywine a toutefois acheté massivement de la dette souveraine dans les pays périphériques de la zone euro, à la faveur de la forte baisse des rendements. « La déclaration de Mario Draghi selon laquelle la Banque centrale européenne ferait « tout ce qui est nécessaire » pour préserver l’euro a clos le débat, » explique Jack McIntyre. « Nous raisonnons toujours en termes de risque de prix et d’information, et le repli des rendements de ces emprunts périphériques était intéressant. »

Dans le reste du monde, les fonds ne sont pas exposés au Japon, l’équipe n’étant guère séduite par le potentiel d’appréciation des obligations d’Etat japonaises (JGB) ou du yen, mais ils détiennent une position importante, en Australie, sur les emprunts quasi-gouvernementaux émis par l’agence du Trésor de l’Etat du Queensland et par la Nouvelle-Galles du Sud.
L’équipe a par ailleurs allégé l’exposition aux devises de la région Asie-Pacifique et réinvesti le produit de cette opération en Amérique latine, pour des raisons de valorisation.
« Nous conservons une large exposition au dollar américain, qui a tendance à être performant dans les environnements d’aversion au risque, » indique le gérant. « Il reste de fait un certain nombre de menaces, qu’il s’agisse des tensions croissantes entre la Chine et le Japon ou de nouveaux problèmes dans la zone euro. »

Malgré la récente correction des marchés obligataires, Brandywine n’anticipe pas de grande période baissière dans cet univers, alors que de nombreuses difficultés d’ordre économique restent à résoudre. « A ce stade, nous pensons que l’assouplissement monétaire va continuer de dominer les marchés, et comme cette politique vise à stimuler la croissance, nous voulons être positionnés sur les monnaies pro cycliquesaxées sur la croissance et capter la prime de rendement disponible, » affirme Jack McIntyre.

Au plan macroéconomique, le gérant estime qu’aux Etats-Unis, la politique de la Fed vise à accroître la richesse nette via la hausse des prix des actifs (actions et biens immobiliers), et que dans la zone euro, le pire de la crise est passé. « Les querelles que nous observons dans le domaine des changes sont liées à l’excès de dette dans le monde développé, sans croissance suffisante en regard, » note le gérant. « Le problème tient en partie à ce que les pays ne veulent pas de monnaie forte pour l’instant. Tout le monde cherche les moyens de soutenir la croissance nominale et la dépréciation des monnaies en est un. »

www.leggmason.fr

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...