Connexion
/ Inscription
Mon espace

Smart Beta 2.0 : prendre en compte les risques des nouveaux « benchmarks » actions.

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L’EDHEC-Risk Institute attire l'attention des investisseurs sur les risques des traditionnels indices "actions" dits " smart bêta " et propose une nouvelle approche de l'investissement en smart beta tenant compte de ces risques.

Cette nouvelle approche, dite " smart beta 2.0 ", permet aux investisseurs de mesurer et contrôler les risques de leur benchmark et révolutionne les offres de benchmarks " actions " améliorés. En effet, dans leur étude, Noël Amenc, Felix Goltz et Lionel Martellini montrent que les indices « smart beta 1.0 » présentent des risques systématiques et spécifiques qui ne sont ni documentés ni explicitement contrôlés par leurs promoteurs.
Cette insuffisance de l'information et de la gestion des risques questionne la robustesse des performances présentées et implique une prise de risque considérable et non-maîtrisée par les investisseurs à l'occasion de leurs choix de nouveaux benchmarks « actions ».

Pour faire face à ce constat, l’EDHEC-Risk Institute préconise de clairement expliciter le choix des facteurs de risques systématiques des benchmarks smart beta qui doivent relever d'une décision de l'investisseur et non pas du promoteur de l’indice.

Ce choix et donc ce contrôle des risques pris n'est pas incompatible avec la performance de benchmarks smart beta comme le montrent les résultats des recherches présentées dans l'étude « Smart Beta 2.0 ». Il est ainsi possible de continuer à  maintenir des objectifs de performance avec des indices smart beta 2.0 sans pour autant trop exposer ces nouveaux benchmarks à un risque de taille ou de liquidité par rapport aux indices capi-pondérés.

L'étude « Smart Beta 2.0 » présente également les premiers résultats des recherches conduites par l’EDHEC-Risk Institute en matière d'identification et de mesure du risque dit « spécifique » des stratégies smart betaCe risque spécifique, souvent caractérisé en risque de modèle et d’estimation de paramètres, peut être non seulement mesuré mais aussi géré. Les auteurs montrent ainsi qu'une bonne diversification du risque spécifique de différentes méthodes de pondération de smart beta diminue significativement le risque spécifique des benchmarks smart beta.

Enfin, pour faire face à un risque de sous-performance relative par rapport à des indices capi-pondérés, l’EDHEC-Risk Institute propose une méthode de contrôle de l’écart de suivi extrême (extreme tracking error) des indices smart beta par rapport à leurs équivalents capi-pondérés. Ce contrôle de tracking error apparaît comme une bonne réponse aux souhaits de très nombreux  investisseurs de substituer des stratégies smart beta à des gérant d’actifs benchmarkés pour surperformer sur le long terme les indices de marchés, tout en se garantissant contre un trop importante sous-performance à court terme quand les conditions de marches sont favorables aux indices capi-pondérés.

En conclusion de leur nouvelle approche « smart beta 2.0 », les chercheurs de l'EDHEC-Risk Institute réitèrent leur appel à une transparence intégrale tant en matière de méthode que de composition des indices. L’accroissement de l'information est indispensable pour que se crée un marché efficient des indices smart beta qui aideront les investisseurs à faire des choix clairs, notamment en termes de risques, dans le choix et la customisation de leurs nouveaux benchmarks.

Accéder à l’étude (document en Anglais) : EDHEC-Risk Institute Position Paper Smart Beta 2.0

www.edhec-risk.com

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...