Connexion
/ Inscription
Mon espace
Questions de gestion
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Baromètre] Covid et portefeuilles des conseillers financiers, quelles tendances en 2020 ?

Extrait du Baromètre des conseillers financiers de Natixis Investment Managers. 

Alors que la crise du Covid marque la résurgence du risque dans les portefeuilles des conseillers financiers, et ouvre de nouvelles perspectives pour la gestion active en 2020, Natixis Investment Managers Solutions offre des éclairages sur la structure de ce risque, ainsi que sur les tendances d’allocation en 2020 des portefeuilles types des conseillers financiers en France, qu’ils soient indépendants (CGP) ou associés à un réseau bancaire, banquiers privés ou de gérants de fortune, dans le cadre de son Baromètre des conseillers financiers réalisé par ses équipes.

Dans le cadre du service d’analyse de portefeuille que Natixis IM Solutions met à disposition des investisseurs professionnels, l’équipe de recherche a ainsi reçu 67 portefeuilles de conseillers financiers en France depuis la fin 2019 et 155 depuis 2018, dont 41 portefeuilles « Prudents », 71 portefeuilles « Modérés » et 43 portefeuilles « Dynamiques ».

Les tendances observées s’appuient sur l’évolution de la composition de ces portefeuilles, ainsi que sur le retour des conseillers financiers a qui a été restituée l’analyse de leurs portefeuilles tout au long de l’année. Principales conclusions du baromètre :

- La crise du Covid a généré beaucoup de volatilité dans les portefeuilles des conseillers financiers, qui se sont montrés aussi réactifs que tacticiens.

- Les conseillers financiers reprennent le contrôle direct de leurs allocations, en poursuivant une construction de portefeuille par briques de risque ; délaissant les fonds patrimoniaux.

- Confortant son assise de 2019, l’ISR (investissement socialement responsable) est désormais incontournable pour les conseillers financiers, faisant ainsi écho a une tendance pan-européenne.

- Le niveau des taux bas interroge les conseillers financiers sur leurs allocations : en particulier le rôle de leur poche obligataire, tandis que les actions - et en particulier les fonds thématiques - bénéficient d’un attrait qui se confirme de jour en jour.

 

Lire la suite...


Articles en relation