Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

La Lituanie ouvre le bal des monnaies digitales de banque centrale (CBDC) en Europe

Commentaire de David Derhy, analyste crypto-monnaie chez eToro  

La semaine dernière, la Lituanie a été le premier pays européen a déployé une monnaie digitale de banque centrale (CBDC). Alors que plusieurs banques centrales en Europe et dans le monde s'intéressent de près à la technologie de blockchain, c'est finalement la Lituanie qui est devenu le premier pays à finaliser sa CBDC. À la différence des initiatives d'autres pays, le LBCoin ne sera pas un stablecoin (crypto adossé à une monnaie fiduciaire) mais un "Collector coin" représentant l'un des 20 signataires de la déclaration d'indépendance du pays.  

La Banque Centrale Lituanienne publiera 24 000 LBCoins. Ils seront vendus en paquets de 6 sélectionnés au hasard et au prix de 99€.
 Les Lituaniens pourront donc acheter les jetons et les conserver sur le site de la banque centrale.  
Dès lors qu'une personne détient 1 jeton de chaque catégorie représentée, il sera en mesure d'échanger ces tokens contre une pièce en argent d'une valeur de 19,18€ soit l'année où la Lituanie a signé son Acte d'indépendance. 

Même si l'idée de la BoL (Bank of Lithuania) reste originale, c'est loin d'être la seule banque centrale à s'intéresser à ce sujet. En France, la Banque de France a récemment démarré ses expériences sur cette technologie et a ouvert un appel à candidature. De son côté, la Banque Centrale Européenne et les banques allemandes s'intéressent aussi de très près à cette technologie, considérant "la monnaie numérique comme une innovation à fort potentiel qui peut être un élément clé de la prochaine étape de l'évolution de la numérisation ».

Mais les banques allemandes ne sont pas les seules à demander une monnaie numérique de banque centrale (CBDC). D'autre projets de monnaie digitale de banque centrale sont aussi bien engagés.  C'est par exemple le cas de la Chine ou du Canada qui envisage un CBDC publique pour remplacer les liquidités. La Banque nationale suisse et l'Autorité monétaire de Singapour travaillent également sur des versions numériques de la monnaie fiduciaire.

Depuis l'annonce de Facebook de créer Libra, il semblerait donc bien que les États et les banques centrales aient compris l'importance de cette technologie, et il semblerait que personne ne veut être laissé sur la touche sur ce sujet. 

Lire la suite...


Articles en relation