Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

Les obligations d’entreprises déchues méritent qu’on y regarde de plus près

Selon Columbia Threadneedle Investments, les obligations d'entreprises qui ont vu leur notation se dégrader en raison de l'environnement de marché actuel, pourraient offrir de réelles opportunités d'investissement. L'univers d'investissement correspondant à ces obligations, également appelées « Fallen Angels » (« anges déchus »), se développe rapidement dans le sillage de la crise du Coronavirus et pourrait provoquer l’encombrement du marché obligataire à haut rendement. Dans le même temps, les rendements potentiels compensent bien les investisseurs pour les risques.

D’après Roman Gaiser, responsable des obligations à haut rendement dans la région EMEA de Columbia Threadneedle, le volume des obligations des anges déchus en Europe s’élève à 30 Mds€ et 3,5 Mds£ depuis le début de 2020. C'est plus que 2018 et 2019 réunis et représente déjà environ 10% des obligations européennes à haut rendement en circulation. « Les rétrogradations de notations de crédit s'accélèrent », écrit-il. JP Morgan a déclaré dans un récent communiqué que 100 Mds€ d'obligations, soit 4,3% de l'univers européen de la catégorie investment grade, pourraient être rétrogradés dans la catégorie à haut rendement. « Le marché du haut rendement représentant actuellement 350 Mds€ de notionnel et 300 Mds€ de valeur de marché, un tel scénario pourrait augmenter sa taille de quasiment 30%, créant un risque d'encombrement des nouvelles émissions sur un univers de taille somme toute assez réduite. »

Cependant, selon les experts de Columbia Threadneedle, certains de ces anges déchus disposent de données fondamentales relativement solides, c'est pourquoi il les considère comme offrant des opportunités d'investissement. « Aux niveaux de spreads actuels, la rémunération offerte par les marchés aux investisseurs est notamment plusieurs fois égale aux niveaux observés lorsque les taux de défaut atteignaient des plus hauts historiques. Il nous semble que les rendements potentiels compensent bien le risque d'investissement », écrit Gaiser. « Suite à l'effondrement récent des prix dans le sillage des ventes pêle-mêle intervenues en mars, nous cherchons à inclure certains anges déchus et des obligations mieux notées ».

Dans l'ensemble, Gaiser, qui gère le fonds Threadneedle (Lux) European High Yield Bond Fund, est positionné de manière défensive depuis le début de l'année. Au niveau de l'industrie, il a continué de sous-pondérer les secteurs cycliques tels que le secteur automobile, les transports et les matières premières, tout en surpondérant les soins de santé (par exemple IQVIA), la technologie (SFR et Netflix), les médias et les services financiers.

« Début 2020, l'un de nos thèmes d'investissement consistait à privilégier les titres de qualité, et nous tenons à garder ce point de vue », a commenté le gérant de portefeuilles. « Compte tenu des dislocations du marché, nous cherchons autant que possible à rehausser la qualité de crédit globale de la stratégie en privilégiant des titres bien notés, en particulier BB et senior. Les titres de moindre qualité devraient être pénalisés par une hausse des taux de défaut dans les secteurs cycliques, notamment s'ils entretiennent des liens avec les cours du pétrole brut et le confinement mondial (ex. l'énergie, les transports et l'automobile). »

Lire la suite...


Articles en relation