Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Pandémie : quel impact pour l’industrie d’assurance ?

Bruno Le Maire a demandé un effort supplémentaire aux assureurs, et notamment le remboursement partiel des primes versées dans un contexte de baisse importante des accidents de la route.

Si la baisse des accidents est réelle, l’impact de la pandémie sur l’assurance est beaucoup plus complexe et varie en fonction du type d’assurance (auto, habitation, santé, décès) et de chaque assureur.
La solidarité du monde de l’assurance en période de pandémie est légitime et nécessaire, sans avoir recours à une vision simpliste des choses.


Assurland.com fait le point sur l’impact de la pandémie en assurance.


Un impact favorable en auto/moto et plus généralement en assurances de dommages…

- Une baisse de la sinistralité estimée entre 65 et 75% en assurance auto/moto pendant le confinement du fait de la circulation très limitée (primes annuelles auto/moto : 15 Mds€ par an)

- Un impact moindre mais également favorable en assurances habitation (6 Mds€ par an) du fait du confinement (peu de vols, et des sinistres détectés rapidement, donc moins de dégâts)

- Un impact favorable sur les assurances dommages en entreprise, du fait de l’arrêt ou du ralentissement de nombreuses entreprises (baisse des accidents de poids lourds, baisse des bris de machine et des dégâts dans les bureaux et usines …

Cette baisse a conduit la MAIF, qui réalise la majorité de son chiffre d’affaires sur les dommages aux particuliers, à annoncer un remboursement de 100 M€ à ses assurés.

La Matmut a également annoncé un gel de ses tarifs d’assurances auto/moto dès aujourd’hui et pour toute l’année 2021 ainsi qu’une réduction de cotisation à hauteur de 75€ pour les assurés en recherche d’emploi.

AMV Assurances offre également un mois de cotisation à ses 700 000 assurés (2, 3 et 4 roues).


…mais une forte augmentation en assurances de personnes (santé et prévoyance)

- Sur les assurances complémentaires santé individuelles et collectives (25 Mds€ par an) du fait de l’augmentation des soins de santé, même si certains soins (dentaires, optiques, auditifs) sont repoussés à plus tard

- Sur les assurances décès/invalidité (ce qu’on appelle la prévoyance dans le jargon des assureurs)

- Sur la prévoyance collective (remboursement d’arrêts de travail pour maladie ou pour des personnes avec enfants ou d’une santé fragile)

- Sur l’assurance-vie du fait de la baisse des encours consécutifs à la baisse des marchés


En parallèle, des mesures de solidarité qui vont au-delà des engagements contractuels

- Une première contribution à hauteur de 200 M€ au fonds de solidarité

- La prise en charge des arrêts de travail préventifs des personnes fragiles (ALD et femmes enceintes) ou des téléconsultations médicales

- Le maintien des garanties en cas de retard de paiement des primes par les entreprises

- Le report du paiement des loyers du 2ème trimestre pour les TPE/PME

- La suppression des délais de carence en prévoyance

Au total, l’impact de la crise pour le secteur de l’assurance est évalué à 3 Md€ par la Fédération Française de l’Assurance. Un chiffre hybride et a maxima qui regroupe des dons, des dépenses supplémentaires mais aussi des délais de paiement…. Mais qui a le mérite d’analyser dans toute sa complexité l’impact de la pandémie.

Lire la suite...


Articles en relation