Connexion
/ Inscription
Mon espace
Immobilier
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

L’immobilier non coté et grands enjeux structurants

L’Association française des Sociétés de Placement Immobilier (ASPIM), publie la première étude d’impact socio-économique des fonds d’investissement immobilier non cotés  - SCPI, OPCI, OPPCI et autres FIA en immobilier -, réalisée en collaboration avec le cabinet EY. Intitulée, « l’investissement immobilier, une dynamique au service des territoires », l'étude objective pour la première fois la contribution du secteur dans le développement économique, sociétal et environnemental des territoires.

« Partenaire de long terme des entreprises et des territoires, au service de la croissance, de l’emploi et de l’attractivité économique, l’immobilier non coté est au cœur de grands enjeux structurants pour l’avenir : transition écologique, accessibilité, financement des retraites, risque de dépendance, évolution des modes de vie, de travail et de consommation. Cette étude vient enfin éclairer l’ampleur de la contribution de notre secteur à la collectivité », a déclaré le Président de l’ASPIM, Frédéric Bôl, lors de la présentation des résultats.


Une contribution significative à l’économie française

L’étude détaille dans un premier temps le poids économique du secteur. Loin du fantasme de la « rente », les fonds d’investissement immobilier non coté ont contribué à hauteur de 2,6 Mds€ au financement de la construction de bâtiments neufs en 2018 via les opérations en VEFA.

À cela s’ajoutent 578 M€ de travaux d’entretien et de restructuration. Les fonds d’investissement immobilier sont de ce fait des financeurs directs et indirects majeurs des autres acteurs de la filière de l’immobilier et de la ville : architectes, ingénieurs, experts immobiliers, promoteurs, constructeurs, commercialisateurs, property et facility managers, soit 43 000 emplois locaux, non délocalisables, créés ou pérennisés par l’activité du secteur de l’immobilier non coté en 2018.

Les fonds d’investissement immobilier représentent également une solution de financement incontournable des besoins des entreprises en immobilier. En France, 1,5 million de salariés travaillent et innovent au sein des actifs détenus par les FIA en immobilier. Les 59 millions de m² d’actifs détenus sont principalement des bureaux (18,5%) et des commerces (18,2%). Ils hébergent également des activités de logistique (11,7%), des établissements de santé (4%), des logements (3,3%) et des hôtels et centres de loisir (3,1%). Ainsi, de la TPE/PME au grand groupe, les fonds d’investissement immobilier non cotés jouent un rôle clef, en permettant aux entreprises de se concentrer sur leur activité en déléguant la gestion immobilière à des professionnels.


L’Investissement immobilier non coté, partenaire de long terme des territoires

Le parc immobilier des fonds non cotés est situé à 53% en région, et seulement 8% à Paris. Ces derniers ont ainsi contribué aux finances publiques locales à hauteur de 1,8 Md€ en 2018 via la fiscalité perçue par les collectivités.

Les investissements peuvent également contribuer au développement des territoires : les SCPI ne se limitent en effet pas aux grandes métropoles régionales : ainsi, dans les principales régions françaises entre 24 et 40% des actifs sont situés à l’extérieur des métropoles. De plus, dans ces trois régions, les SCPI détiennent des actifs au sein de la majorité des communes de plus de 20 000 habitants (jusqu’à 83% en Auvergne-Rhône-Alpes). En tant qu’investisseur final, elles contribuent ainsi au dynamisme de la construction et de la rénovation sur les territoires comme au financement des plans d’urbanisme.

Le député des Alpes-Maritimes Cédric Roussel constate que l’activité du secteur exerce « une influence significative sur le développement et l’attractivité économique » et que « les fonds d’investissement immobilier représentent un levier incontournable pour le financement de l’immobilier tertiaire tels que les bureaux et les commerces ».


Des entreprises au cœur de nombreux défis sociétaux et environnementaux

Le secteur de l’immobilier non coté est pleinement engagé dans l’amélioration constante de son impact sur la société. Les professionnels travaillent ainsi avec les pouvoirs publics à la création d’un label ISR appliqué aux fonds d’investissement immobilier non cotés qui devrait voir le jour d’ici la fin de l’année.

Par ailleurs, les investissements en immobilier non coté doivent répondre aux besoins de l’ensemble de la population. Le secteur a ainsi multiplié par cinq la taille du parc consacré à la santé entre 2013 et 2018.

« Outre les aspects économiques, notre activité est également au cœur de grands enjeux structurants pour l’avenir : transition écologique, accessibilité́, financement des retraites, risque de dépendance, évolution des modes de vie, de travail et de consommation, etc. », a détaillé le Président de l’ASPIM Frédéric Bôl.

De même, les fonds non cotés ont pris le virage des transformations de l’immobilier, correspondant par exemple à la mutation des modes de travail (coworking, flex office, innovations digitales) ou à la flexibilité d’usage des immeubles.


Les fonds d’investissement immobilier non cotés français parmi les leaders en Europe

Enfin, l’étude d’EY met en exergue la position de leader des fonds français par rapport à l’étranger, en particulier en Europe. Avec 180 Mds€ d’actifs sous gestion, les fonds d’investissement immobilier français se situent à la deuxième place parmi les acteurs européens du secteur non coté en 2018, derrière l’Allemagne. Par ailleurs, sur les trois dernières années, les fonds français enregistrent la deuxième plus forte croissance de l’encours parmi les 10 leaders du marché, Sur la période 2013-2018, l’actif brut des SCPI et des OPCI a en effet plus que doublé (+141%).

 

Lire la suite...


Articles en relation