Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les marchés financiers par SwissLife Banque Privée

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Le Comité Stratégique de SwissLife Banque Privée fait le point sur les Actions/titres vifs , les Taux / Crédit et la Multi-gestion.

Actions / titres vifs : nous laissons nos allocations d’actifs inchangées.

Il arrive souvent que les marchés actions soient bien orientés en début d’année et il est vrai que les investisseurs abordaient 2013 dans un climat plus apaisé, sans que cela signifie pour autant que l’horizon était dégagé. Mais fin 2012, et plus encore en janvier, les placements à risque bénéficiaient d’un certain confort, que procurent d’ordinaire les « marchés de flux » et ce phénomène se vérifiait sur les marchés de taux, où des prises de profit étaient observées.

La saison des publications de résultats a plutôt rassuré, même, si certaines sociétés atteignaient l’objectif, à force de révisions à la baisse. Il n’empêche que, si nous restons convaincus, que les actions constituent la classe d’actifs la plus porteuse pour 2013, le marché connaîtra des phases de doute ; cela se traduira par des consolidations, qui seront autant d’opportunités pour renforcer l’exposition aux actionset opérer des arbitrages en faveur de valeurs recélant davantage de potentiel.

Notre stratégie s’inscrit clairement dans cette perspective et nous pourrions trouver des opportunités à l’occasion des discussions entre Démocrates et Républicains ou, à la fin du mois, en fonction des résultats des élections italiennes.Aujourd’hui nous estimons que les marchés n’ont pas assez corrigé pour renforcer nos positions et que l’environnement n’a pas connu d’amélioration particulièrement marquée depuis fin décembre. Nous laissons donc nos allocations d’actifs inchangées.

Taux / Crédit : il reste du potentiel sur le segment du « haut-rendement » et sur les convertibles.

Depuis quelques mois, l’environnement apparaît plus optimiste. Cependant, le monde doit toujours faire face à d'importants problèmes. Cela implique que nous restions prudents. Nous ne voyons toujours pas de pressions inflationnistes et donc peu de risque de remontée des rendements à long terme dans les semaines à venir.

Nous observons sur toutes les maturités (de la trésorerie au long terme) une recherche appuyée de rendement et en conséquence, les spreads offrent peu de perspectives de resserrement. Dans ce contexte, les obligations d'Etat paraissent chères, de même que les obligations « investment grade ». En revanche, il reste du potentiel sur le segment du « haut-rendement » et sur les convertibles.

Multi-gestion : nous investissons dans des actifs de plus en plus risqués, dès lors qu’ils deviendront plus rémunérateurs.

L’année 2013 semble être placée sous le signe de la normalisation des marchés : ces dernières années, la prise de risque état mal, voire pas rémunérée. La normalisation consiste à rétablir une hiérarchie entre le risque et la performance : plus un investisseur prendra des risques, plus il augmentera son espérance de performance

Ce changement de configuration qui s’annonce pose deux questions :

- comment gravir l’échelle des risques sans chuter ?

- comment rester prudent sans perdre d’argent ?

Réponse avec  le graphique ci-dessous qui représente la courbe des performances par rapport aux risques.

 

Courbe bleu : c’est un exemple de courbe des rendements/risques en 2012. Elle est inverséeet est entièrement dans la zone de performance positive.

Courbe rouge : c’est le type de courbe vers laquelle nous nous dirigerions en 2013 en cas de normalisation des marchés

L’enjeu des investisseurs est donc d’évaluer la pente de cette courbe rouge et de déterminer si la courbe sera au final totalement ou partiellement en zone positive.

Comment cela se traduit-il dans la pratique ? Notre stratégie consiste depuis quelques mois à piloter l’allocation d’actif afin d’accompagner « prudemment » et « pas à pas » cette normalisation : nous investissons dans des actifs de plus en plus risqués, dès lors qu’ils deviendront plus rémunérateurs.

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...