Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Regards croisés sur les marchés obligataires

Commentaires de deux experts du groupe BNY Mellon IM

 

1/ Le curieux rétrécissement de l'univers du high yield

Par April LaRusse, Spécialiste de la Gestion Obligataire chez Insight Investment (BNY Mellon IM)

L'univers des titres high yield est en train de se rétrécir, alors que de nouveaux risques politiques émergent et que l'innovation modifie profondément les opportunités d'investissement. Mais comme toujours, anticiper le fonctionnement des systèmes complexes - comme les marchés financiers et l'économie mondiale - est forcément difficile.

Si la confiance que la population accorde aux analystes financiers est de 80% contre seulement 30% pour les météorologues, ces derniers sont souvent beaucoup plus justes dans leurs prévisions (70% contre 20% pour les analystes financiers). Cela s'explique en partie par le fait que les analystes financiers examinent également les prévisions propres à l'industrie, qui peuvent être totalement faussées. Pour l'année 2015, on prévoyait qu'on aurait déjà trouvé un remède contre le paludisme, que les greffes d'organes seraient faites à partir de cellules souches et que la voiture autonome serait déjà présente sur les routes des grandes villes.

Pour revenir à l'univers obligataire, cela traduit la nécessité d'une plus grande flexibilité et d'une plus large gamme d'outils pour les investisseurs. Le caractère des marchés du crédit est en train d'évoluer : l'univers des titres notés "BBB" représentait autrefois environ 20% du marché des titres investment grade et en représente maintenant près de 50%. Cela signifie tout simplement que le risque est plus élevé.

Comme les critères de prêt des banques se resserrent et que les taux d'intérêt demeurent bas, de nombreuses entreprises se tournent vers les marchés des capitaux pour emprunter. Une évolution salutaire mais ces entreprises doivent alors gérer leurs affaires légèrement différemment à partir du moment où elles sont davantage endettées. Cet état d'esprit favorise à son tour une amélioration des fondamentaux du crédit dans la catégorie BBB, compte tenu d'une couverture des intérêts plus élevée qui compense l'effet de levier plus important. Les "étoiles montantes" - le segment du marché en passe de changer de statut du high yield à la notation investment grade - présentent des opportunités : Sony, Tesco et Sydney Airports constituent autant de bonnes surprises récentes. Le marché du high yield propose également une meilleure visibilité sur les coupons associés aux entreprises, ce qui est rassurant pour les investisseurs. On assiste aujourd'hui à une plus grande dispersion en termes de notation de crédit, ce qui rend la sélectivité primordiale.

Le corollaire du rétrécissement du marché du high yield ces dernières années aura été l'explosion du segment investment grade. Mais les opportunités dans le high yield sont plus intéressantes car de plus en plus d'entreprises se tournent vers le marché - plus flexible - des prêts. Le marché du high yield propose également une plus grande visibilité sur les coupons associés aux entreprises, ce qui rassure les investisseurs. La dispersion constatée sur le marché aujourd'hui en termes de notation de crédit rend la sélectivité essentielle.

Les taux de défauts risquent d'augmenter alors que l'on se prépare à un ralentissement économique, mais ils seront sans doute plus nombreux au sein du high yield. Une tendance à surveiller de près est l'émergence des "échanges décotés" (ou "distressed exchanges" en anglais), c'est-à-dire le mécanisme par lequel une société émettrice propose une nouvelle obligation, sans rembourser totalement la mise de départ, ou diffère le coupon sans avoir à faire défaut. Ce mécanisme permet aux entreprises de gagner du temps tout en réduisant ses niveaux de levier.

 

2/ Les critères ESG au cœur de l'avenir de l'obligataire

Par Paul Brain, Directeur de la Gestion Obligataire chez Newton IM (BNY Mellon IM)

Le marché obligataire semble de plus en plus incertain et volatile, mais les obligations ESG-compatibles prennent de l'ampleur.
Après une année difficile pour les investisseurs obligataires, le marché des obligations d'État et certains investissements au sein des marchés émergents pourraient bien performer à mesure que les marchés du crédit se resserreront en 2019. Les niveaux de dette publique en pourcentage du PIB continueront d'augmenter dans la plupart des grandes économies en 2019 et pourrait "évincer" certains autres besoins en capitaux. Bien que les tensions globales sur les marchés semblent devoir rester modérées cette année, les risques pesant sur les marchés du crédit ne sont pas négligeables. Les bénéfices des entreprises sont en baisse, donc il faut faire attention en investissant dans le crédit et le high yield.

Un resserrement de la liquidité pour les entreprises est à prévoir en 2019, avec à la clé le risque d'une légère hausse des taux de défauts. L'ampleur des emprunts des consommateurs dans des domaines comme les prêts automobiles est également à surveiller. Sur une note plus positive, l'intérêt croissant pour les investissements responsables pourrait exercer une influence positive sur les marchés obligataires.

Nous sommes dans une phase où les rendements des obligations d'État à 10 ans atteignent des sommets et où le taux directeur de la Fed a probablement aussi atteint un plafond : la Fed semble maintenant plus susceptible de réduire ses taux à l'aube de 2020. Si les taux d'intérêt américains ne devraient pas augmenter, les marchés émergents pourraient bien performer. Il est de plus en plus évident que les considérations ESG ont un impact sur la qualité du crédit et les rendements obligataires dans leur ensemble. La prise en compte des critères ESG permet d'atténuer les risques, ce qui est si important pour les investisseurs obligataires.

Chez Newton, certaines de nos lignes rouges en termes d'ESG comprennent le secteur du tabac - exclu car considéré comme n'ayant aucun niveau de consommation recommandée - et le Brésil, compte tenu de l'enthousiasme apparent de son gouvernement pour une forme de déréglementation environnementale.

 

Lire la suite...


Articles en relation