Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le niveau de l'euro ravive la fracture européenne

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Alexandre Baradez, Analyste Marchés chez Saxo Banque

Même si, sur les marchés financiers et notamment  le marché de la dette,  la fracture (ou plus exactement la « fragmentation ») se réduit entre les Etats de la zone euro, la situation politique semble prendre le chemin inverse.

On connaissait déjà la fracture économique entre les pays du « Nord » et ceux du « Sud » de la zone euro, comme en témoigne la concentration de « AAA » dans la partie nord de l'Europe... mais cette fracture s'était, du moins en apparence, réduite lors des différentes rencontres européennes et notamment le sommet de juin 2012 au cours duquel les grande lignes directrices pour les années à venir avaient été mises en place (union bancaire, fonds de soutien MES, aide au secteur financier espagnol, etc..).

Ce consensus sur le fond et sur la forme a tout de suite plu aux marchés qui ont dès lors commencé à inverser leur trajectoire hésitante avant d'être catapultés à la hausse par l'intervention de Mario Draghi quelques jours plus tard.

Cette volonté affichée en juin de renforcer les outils de la convergence européenne et de mettre en place les pare-feu nécessaires aura duré jusqu'à ce que les discussions sur le budget européen ravivent les tensions entre pays membre de la zone euro et plus largement, de l'Union Européenne.

Mais ce sont les déclarations sur le niveau de l'euro par rapport aux autres devises qui ont remis au grand jour les divergences profondes qui persistent au niveau européen et l'exercice extraordinairement délicat d'appliquer une politique monétaire commune à des Etats présentant des structures et un tissu économique très différents.

C'est d'ailleurs un point qu'avait, il y a quelques mois, soulevé le président de la FED au sujet de la zone euro en déclarant que les Etats-Unis avaient une politique monétaire et budgétaire commune alors que la zone euro disposait d' une politique monétaire commune (via la BCE), mais d'autant de politiques budgétaires qu'il y a d'Etats membres.

Un des premiers pays à « ouvrir le feu » sur le niveau de l'euro a été la France par la voix de son ministre de l'Economie, rapidement suivi par le Président lui-même. Réaction immédiate de l'Allemagne par l'intermédiaire du porte-parole de la chancelière qui a déclaré que l'euro n'était pas surévalué. Même rapidité de réaction lorsque la France a émis l'idée d'une politique monétaire en zone euro : les taux de change doivent être librement fixés par le marché selon les dirigeants allemands. Le président de la Bundesbank lui-même s'est exprimé à ce sujet en confortant les propos de l'exécutif.

Depuis que ce débat sur le niveau de l'euro s'est intensifié, les marchés ont tout de suite cessé leur progression, nous rappelant (même si c'est à un moindre degré) que les divergences politiques et l'absence de consensus qui prédominaient au plus fort de la crise de la dette avaient fait plonger les marchés à des niveaux extrêmes, niveaux ne reflétant plus les fondamentaux économiques réels de la zone euro.

C'est bien l'absence de consensus politique au plus fort de la crise de la dette qui a catalysé la baisse des marchés et fait flamber les taux d'emprunt des pays fragiles. Bien au-delà des conséquences économiques réelles...

Les marchés nous rappellent une nouvelle fois depuis quelques jours qu'ils sont autant attentifs aux décisions « politiques » qu'aux statistiques économiques. Face à la vague de politiques monétaires accommodantes au Japon, Etats-Unis ou encore Grande-Bretagne, la zone euro devra parler d'une seule voix au risque de brouiller le message délivré et de freiner la timide reprise qui s'annonce pour le second semestre 2013.

Le G20 en fin de semaine à  Moscou sera une occasion à ne pas rater...

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...