Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

2019 : un potentiel de croissance attractif des marchés émergents

Analyse des Gérants du fonds MainFirst Emerging Markets. Cornel Bruhin, Dorothea Fröhlich et Thomas Rutz.


Des fondamentaux solides révèlent le potentiel de croissance des marchés émergents

Les obligations d'entreprises des marchés émergents devraient générer des rendements solides au cours des prochaines années. Les fondamentaux des entreprises des pays émergents restent robustes, leur potentiel est en hausse; elles sont beaucoup moins endettées et disposent donc d'une plus grande marge de manœuvre que les entreprises des pays développés. Par exemple, les obligations de l'indice JP Morgan Corporate Emerging Market Bond Index (CEMBI) ont un profil risque-rendement identique en dollars et en euros. De plus, contrairement aux pays industrialisés, les marchés émergents sont encore en début de cycle ou tout au plus en milieu de cycle, il y a donc encore un fort potentiel de croissance. C'est ce qui rend de nombreuses obligations d'entreprises des marchés émergents très attrayantes.

L'économie mondiale est également en bonne santé, malgré le ralentissement de la croissance  récemment observé. Nous ne prévoyons pas de récession dans les 12 à 18 prochains mois. Nous nous attendons à ce que le cycle économique actuel se poursuive, certes avec une croissance mondiale plus faible, mais aussi avec des développements positifs qui commencent à produire des effets sur le front commercial entre les États-Unis et la Chine et des mesures chinoises de relance qui commenceront à impacter l'économie réelle vers la mi-2019. Bien qu'il faille encore quelques mois pour que cette stabilisation devienne visible, les résultats constructifs des négociations commerciales devraient avoir une influence positive supplémentaire sur cette tendance.


Facteurs favorables stimulant les marchés émergents

En 2018, les actifs des marchés émergents ont généré des rendements ajustés au risque nettement supérieurs à ceux d'investissements comparables sur les marchés développés. Par exemple, les obligations CEMBI à haut rendement ont affiché des rendements comparables à ceux des actions, alors que leur volatilité était trois fois moindre. Un portefeuille comparable sans positions sur les marchés émergents a affiché un rendement plus faible qu'un portefeuille avec des positions sur les marchés émergents. Nous nous attendons à ce que cette tendance se poursuive au cours des prochaines années.

Les fondamentaux des entreprises des marchés émergents sont aujourd'hui dans le meilleur état qu'ils aient connu depuis la crise financière mondiale. La génération d’EBITDA a également été forte, avec une croissance de 27% au 2ème trimestre de 2018. Plus important encore, de nombreuses entreprises adoptent une approche plus prudente et leurs bilans s'améliorent. Cela signifie que par rapport au cycle précédent, les stratégies d'investissement sont plus défensives, les soldes de trésorerie sont plus élevés et la gouvernance d'entreprise s'est améliorée. Dans l'ensemble, les entreprises des pays émergents se sont désendettées en raison de la forte génération d'EBITDA et de l'émission modérée de nouvelles dettes.

En outre, les taux de défaut sur les marchés émergents ont fortement baissé par rapport à leur pic de novembre 2016, ce qui indique le début d'un nouveau cycle de crédit. La croissance mondiale - même si elle est plus modérée aujourd'hui - continue de soutenir la croissance des bénéfices des entreprises et entraîne une augmentation de la trésorerie ainsi qu’une diminution de la dette. De plus, les marchés des matières premières sont stables et nous pensons que ce cycle va se poursuivre et que les marchés émergents en bénéficieront.

Une autre influence positive devrait venir du dollar américain, qui va sans doute s'affaiblir en 2019 à mesure que l'économie mondiale se rééquilibre par rapport à la tendance de croissance tirée par les États-Unis en 2018. Nous considérons que la récente annonce de la Fed est assez conciliante et pensons que cette dernière sera particulièrement prudente en ce qui concerne les prochaines hausses, ce qui signifie que les deux hausses actuellement prévues n’auront pas forcément lieu en 2019, sujettes à la situation de l'économie américaine et mondiale en 2019. Nous avions déjà prédit il y a un an que les rendements des obligations de référence américaines à 10 ans se situeraient dans une fourchette de 2,75 à 3,25% contrairement à de nombreux autres participants au marché qui estimaient des taux de 4%. De plus, comme l'écart de taux d'intérêt s'est de nouveau rétréci au cours des dernières semaines et que la situation de portage est un peu moins attrayante qu'il y a quelques semaines, nous estimons que de nombreux investisseurs sont toujours fortement surpondérés dans leur allocation d'actifs en dollars américains et considérons que cela ne repose pas sur de solides fondamentaux.


Ce que cela pourrait signifier pour les investisseurs

Sur la base de cette analyse, nous nous attendons à ce que les entreprises des pays émergents soient plus résilientes que leurs homologues américaines et européennes à haut rendement et qu'elles les surperformeront - même dans un scénario économique baissier. Les perspectives décrites nous amènent également à penser qu'en termes de risque-rendement, le crédit est une classe d'actifs beaucoup plus attrayante que les actions - à condition que les investisseurs aient des connaissances approfondies et savent bien les sélectionner.

Le MainFirst Emerging Markets Corporate Bond Fund Balanced C (ISIN LU081616909955) a réalisé une performance annualisée de 8,2% au cours des 3 dernières années et dispose actuellement d'une marge de crédit attrayante de 730 points de base, tandis que la marge de crédit des entreprises Investment Grade du portefeuille présente un écart largement supérieur à 300 points de base. A titre de comparaison, le JPM CEMBI Investment Grade est actuellement à 240 points de base. Le MainFirst Emerging Markets Credit Opportunities Fund C (ISIN LU1061984545) a réalisé une performance annualisée de 9,4% sur 3 ans et dispose actuellement d'une marge de crédit de presque 1 000 points de base.

En ce qui concerne la valorisation générale, les rendements actuels (Yield to Worst) des portefeuilles des deux fonds sont extrêmement attrayants, avec plus de 9,8% en glissement annuel et une marge de crédit de 730 points de base dans le fonds MainFirst Emerging Markets Balanced et plus de 12% dans le MainFirst Emerging Markets Credit Opportunities Fund.

 

Lire la suite...


Articles en relation