Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Krach du Bitcoin : fin de partie pour les spéculateurs ?

1 an jour pour jour après la publication d’un article sur The Conversation au sujet du Bitcoin, Eric Pichet, professeur à KEDGE et spécialiste en macro économie et en politique monétaire, mettait en garde les spéculateurs au moment où le Bitcoin dépassait les 10 000$ pour s’envoler vers son plus haut historique de 18 000$. Le contexte actuel vient confirmer son analyse.

Il rappelait que le Bitcoin n’a aucune valeur intrinsèque (pas même comme objet de collection car il est immatériel) et qu’à la différence des monnaies officielles, il n’est le passif d’aucune banque centrale ou institution monétaire. Ce n’est pas non plus un actif financier comme une action ou une obligation puisqu’il ne rapporte rien. Sa seule valeur de placement réside dans les perspectives de plus-values que lui accordent ses détenteurs : c’est donc un actif sans le moindre sous-jacent, les investisseurs ne pouvant récupérer leurs fonds en devises que si d’autres utilisateurs désirent acquérir des bitcoins.

Eric Pichet qualifiait la hausse de l’époque de « bulle archétypale », la première bulle de l’hypermodernité car à la différence des précédents engouements financiers l’instrument spéculatif est ici totalement immatériel, et son mode d’acquisition étant mondialisé, les acheteurs sont potentiellement 7 milliards (d’autant que le Bitcoin est divisible 8 chiffres après la virgule…). Ce qui expliquait largement le phénomène d’entonnoir auquel on assistait.

1 an après cet accès de folie, il maintient son analyse et son pronostic sur l’avenir du Bitcoin condamné à disparaître, soit via des failles technologiques qui permettraient une effraction dans le système de Blockchain et une inondation de faux bitcoins, soit du fait d’une contre-attaque règlementaire des Etats et des banques centrales au nom de la lutte contre les fraudes.

Les récentes évolutions du cours du Bitcoin proche des 4 000$ confirment amplement ses craintes.

https://kedge.edu/

 

Lire la suite...


Articles en relation