Connexion
/ Inscription
Mon espace

Croissance des entreprises : La fin du « yakafokon »

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Aujourd'hui, la réussite d'un projet ou la portée d'une décision s'évalue à l'aune d'objectifs mesurables. L'intention ne suffit plus, il faut générer des résultats et pouvoir mesurer l'impact des actions engagées, quel que soit le rôle joué dans la croissance des entreprises.

Par Isabelle Saladin, Présidente d'I&S Adviser*

La recherche d'un retour sur investissement gagne tous les pans de la vie quotidienne.
- Qui investit dans l'immobilier sans avoir préalablement évalué la rentabilité du placement - que ce soit en termes financiers ou de transmission patrimoniale ?
- Qui épargne sans connaître le taux de rémunération des comptes bancaires où il met son argent ?

Même constat en politique : les Français attendent des engagements et des résultats concrets de la part du gouvernement, que ce soit en matière de pouvoir d'achat, de lutte contre le chômage, de sécurité, de santé publique, d'éducation, d'environnement, etc.

Or dans l'univers professionnel, force est de constater qu'en dehors de quelques-uns, peu d'acteurs économiques s'engagent et conditionnent leur rémunération sur l'atteinte de résultats opérationnels. Si c'est le cas des équipes commerciales dont la rémunération dépend des ventes réalisées, ou encore des partenaires financiers privés et actionnaires qui fixent dès le départ un objectif de rentabilité, de TRI, etc., la majorité des autres professionnels ne le font pas.

Une ineptie quand on sait que nos entreprises évoluent sur des marchés mondialisés où les principes de l'économie libérale et la culture du résultat dominent. Pour que nos entrepreneurs aient toutes les chances de réussir sur des marchés internationaux fortement concurrentiels, ils ont donc besoin que l'ensemble des acteurs de la croissance s'engagent à leurs côtés.


Quand la mesure du résultat s'impose aussi aux spécialistes en entrepreneuriat

C'est tout particulièrement vrai des professionnels de l'accompagnement dont la mission est d'identifier et faire jouer des leviers qui vont soutenir le développement de l'entreprise. Se faire accompagner n'est pas un signe de faiblesse mais une force. Il est donc urgent de passer à l'étape suivante : voir et pratiquer l'accompagnement autrement. C'est-à-dire qu'il ne suffit plus d'avoir de bonnes idées, il faut s'engager sur l'obtention de résultats.

Si un entrepreneur voit tout de suite la valeur ajoutée d'un « expert » technique (droit, législation, comptabilité, fiscalité, financement, due diligence, etc.), il voit beaucoup moins l'apport d'un « spécialiste de l'entrepreneuriat ». Il considère très vite que, n'étant pas entrepreneurs eux-mêmes, leurs approches restent théoriques et rarement appuyées par des expérimentations et du vécu, avec du coup souvent un grand nombre de fausses bonnes idées.


Un monde du conseil touché par l'übérisation

Une autre évolution concomitante participe à cette fin du conseil en accompagnement sans engagement de résultats : l'ubérisation du secteur et des méthodologies théoriques. Dans un article publié sur LinkedIn, Fabien Monsallier , Directeur innovation de la Banque Postale, analysait le bouleversement attendu sur le marché du conseil, bousculé par l'IA, les nouvelles aspirations entrepreneuriales/intrapreneuriales des jeunes diplômés, la remise en cause du modèle managérial hiérarchique pyramidal, l'émergence de nouvelles dynamiques au sein des incubateurs et espaces de coworking, l'accès facile à une masse d'informations autrefois réservées à quelques-uns, ou encore l'émergence de nouveaux modèles de cabinets conseil basé sur le partage de savoir et savoir-faire.

Avoir une lecture et une analyse théoriques d'une situation ne suffit plus, le seul indicateur qui vaut est le résultat tangible et mesurable obtenu et constaté par l'entreprise. La prime va désormais à ceux qui s'engagent sur des résultats. Il ne s'agit plus de dire à l'entrepreneur ce qu'il pourrait faire mais se s'engager à ses côtés et de prendre des risques avec lui sur les décisions actées ensemble.

*I&S Adviser a créé le tout premier réseau français d'operating partners, des serial entrepreneurs qui épaulent opérationnellement les fondateurs de start-ups, PME ou ETI et les aident à atteindre leurs objectifs de croissance.

www.isadviser.com/


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Les dirigeants d’entreprises familiales européennes confiants dans la croissance

Principaux enseignements de la 7ème édition du baromètre européen des entreprises familiales, conduit par KPMG et « European Family Businesses », auprès de 1 600 dirigeants issus de 26 pays. I - Les dirigeants d'entreprises familiales européennes affichent une croissance en hausse ; les dirigeants français confiants dans l'avenir à 81% Une croissance généraliséeEn 2018, la croissance se généralise : 64% des entreprises familiales, contre 57% l'an dernier, ont enregistré une hausse de leur CA...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Un Français sur deux estime que les pouvoirs publics ne soutiennent pas assez les PME

Afin de répondre à la question « Comment passer de la Start-up nation, voulue par le Président de la République, Emmanuel Macron, à une France permettant le développement des entreprises de plus grande taille (Scale-up, PME, ETI…) »,  sujet clé pour la croissance de notre pays, Rumeur Publique, agence d'influence des entreprises, a demandé à OpinionWay d'interroger les Français sur cette thématique. Résultat : le soutien des pouvoirs publics est insuffisant à 71% pour les PME  et 58% pour les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
« GO ! Épargne entreprise », une offre d'épargne salariale pour les PME et les ETI

Lancée par le Groupe Henner, Cedrus Partners et Sanso IS, en partenariat avec l'assureur AXA, cette nouvelle offre se distingue par sa transparence et sa simplicité d'utilisation. Elle englobe 3 solutions d'investissement intégrant une composante liée au développement durable. Sans droits d'entrée ni frais de tenue de compte pour les salariés concernés, ce nouveau dispositif d'épargne salariale a pour vocation d'être clé en main pour les entreprises. Voté en première lecture à l'Assemblée en...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Grise mine pour les dirigeants des PME-ETI en novembre

La Banque Palatine, banque des ETI et banque privée du dirigeant (Groupe BPCE), publie les résultats de son 81e Observatoire Banque Palatine des PME-ETI, réalisé par OpinionWay et Challenges du 19 octobre au 2 novembre 2018 auprès de 302 dirigeants d'entreprises (CA de 15 à 500 M€) 3 points essentiels à retenir- Recul moins marqué pour les niveaux de confiance- L'investissement repasse sous les 120 points, une 1ère depuis avril 2017- Un projet de loi de finances 2019 moins bien accueilli qu'en...