Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L'impact des tarifs douaniers États-Unis/Chine

Par Trevor Holder, Gérant Obligataire chez Newton Investment Management - BNY Mellon IM

Les dernières semaines ont vu l'imposition de droits de douane américains de 25% sur 34 Mds$ d'importations en provenance de Chine : à cela se rajouteront des tarifs supplémentaires sur 16 Mds$ de marchandises chinoises à l'issue d'une période dite de consultation. Jusqu'à présent, l'impact économique direct initial de ces tarifs semble minime. Les exportations de métaux vers les États-Unis représentent moins de 3% des exportations totales, même pour le Canada et le Mexique, tandis que pour la Chine, ces derniers prélèvements ne devraient faire chuter que de 0,1 à 0,2%  la croissance du PIB. Cependant, la menace de Trump de tarifs sur 200 Mds$ supplémentaires d'importations chinoises pourrait avoir des conséquences plus importantes pour la croissance et l'appétit pour le risque parmi les investisseurs.

Les États-Unis et la Chine sont principalement des économies tirées par l'activité intérieure - les exportations ne représentent que 10% du PIB aux États-Unis et 20% du PIB en Chine - mais pour la Chine, ce vent contraire exogène aggrave le ralentissement économique induit par la politique de désendettement menée par Pékin. En outre, alors que le PMI manufacturier chinois continue de refléter la croissance, les nouveaux PMI à l'exportation indiquaient une dynamique commerciale plus faible avant même la dernière série de tarifs douaniers. Les décideurs politiques de Pékin ont commencé à réagir : la Banque populaire de Chine (PBoC) fournit un soutien rhétorique au renminbi, et les récentes réductions ciblées du taux de réserves obligatoire pour les grandes banques laissent présager une approche plus nuancée envers le désendettement.

Les tensions entre les États-Unis et la Chine (tant économiques que géopolitiques) sont susceptibles de devenir une caractéristique plus permanente du paysage pour les investisseurs, et le marché commence maintenant à prendre ces facteurs de risque en compte dans les prix. Malgré la réduction de sa "liste négative" sectorielle le mois dernier, la Chine reste particulièrement restrictive et sélective en matière d'investissements directs étrangers et la politique phare du président Xi connue sous le nom "Made in China 2025" semble avoir poussé les deux côtés de l'establishment politique américain aux limites de son '"engagement constructif " et a provoqué une prise de conscience par rapport au défi que pose la Chine.

www.newtonim.com/

 

 

Lire la suite...


Articles en relation