Connexion
/ Inscription
Mon espace

Quelles sont les régions les plus prometteuses pour le second semestre ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Thomas Herbert, Head of Portfolio Management chez ETHENEA Independent Investors.

L'idée d'une croissance mondiale synchronisée perd peu à peu de son charme, et nous nous attendons à ce que les marchés de capitaux soient plus mouvementés dans un avenir proche. Bien que nous n’anticipions ni bouleversements majeurs, ni récession au cours du second semestre, « largement ensoleillé », mais susceptible de devenir « instable avec quelques averses ». Ceci s’applique tout particulièrement à la zone euro. L'administration Trump contribue de manière significative à cette situation et ne cache pas sa volonté d’impacter négativement le reste du monde si cela s’avère bénéfique pour les États-Unis - ou du moins la popularité du président auprès de ses principaux électeurs. Durant la phase initiale de son mandat, cela s’est ressenti non seulement en Chine, mais aussi au Canada et au Mexique.

Cependant, la zone euro, et l'Allemagne en particulier, s'est récemment trouvée dans la ligne de mire présidentielle. Pour l'Europe, cette évolution intervient à un moment inopportun. Le Brexit, un gouvernement populiste en Italie, des querelles politiques en Allemagne et un récent ralentissement modéré de la croissance économique pèsent déjà sur l'union monétaire. Et une politique monétaire moins accommodante de la BCE ne risque pas non plus d'améliorer la situation. Cette incertitude accrue, dont l'évolution demeure particulièrement préoccupante en Italie, devrait bientôt se refléter dans le comportement d'investissement des entreprises européennes. Nous nous attendons à ce que l'incertitude politique au sein de la zone euro ainsi que la volatilité qui en découle sur les marchés boursiers et obligataires augmentent considérablement, avant qu'une solution constructive aux conflits d'intérêts soit trouvée et que les marchés ne se stabilisent.  

La Chine connaît un ralentissement de sa croissance depuis un certain temps. Toutefois, les incertitudes quant à l’ampleur de cette décélération ont un impact particulièrement fort sur les marchés de capitaux. Nous l'avons vu mi-2015, après une reprise massive au 1er semestre, l'indice composite de la Bourse de Shanghai a perdu plus de 40% de sa valeur en quelques semaines face à une incertitude accrue.

Aux États-Unis, la situation est tout à fait différente. Le sentiment des consommateurs est très positif et le chômage a atteint un niveau historiquement bas. Les bénéfices des entreprises augmentent et les investissements sont en hausse également. Une croissance annualisée du PIB de 4% est attendue au 2ème trimestre. Nous partageons les perspectives optimistes concernant l'économie américaine pour la seconde moitié de l'année. Les réductions d'impôt mises en œuvre par le président Trump, les dépenses d'infrastructure et la réduction du fardeau réglementaire auront un impact à court terme et compenseront largement un conflit commercial aussi restreint. Cela s'explique par le fait que, contrairement à l'Allemagne ou au Japon par exemple, la croissance américaine est principalement poussée par la consommation privée. Les exportations ne représentent qu'environ 14% du PIB.


Où les investissements en action sont-ils susceptibles d’être les plus rentables ?

Dans le contexte actuel, nous voyons un potentiel limité pour les actions européennes à l’échelle des indices. Par conséquent, en ce qui concerne Ethna-AKTIV, nous avons désormais considérablement réduit notre exposition aux actions européennes. D'autre part, nous avons augmenté notre allocation en actions américaines. En plus des États-Unis, nous continuons d'investir sur le marché boursier chinois. À notre avis, la plus récente baisse du cours des actions est temporaire. Le gouvernement chinois et la banque centrale disposent de ressources importantes pour intervenir et ont montré par le passé leur engagement à les utiliser afin de maintenir la croissance et de stabiliser le système financier.

Au niveau des actions individuelles, il existe encore en Europe des entreprises bien gérées, soutenues par un modèle économique solide et dont les chiffres financiers sont très robustes. Selon nous, un certain nombre de ces sociétés ont actuellement des valorisations attrayantes. Ainsi, au sein d'Ethna-DYNAMISCH - qui, en plus de l'allocation, repose aussi fortement sur la sélection des titres - nous détenons toujours une gamme d’actions européennes dans le portefeuille que nous avons prévu de conserver dans un avenir proche. 

www.ethenea.com

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Marché : optimisme en phase avancée du cycle

Malgré les actuelles tensions entre les États-Unis et la Chine, DWS ne s'attend pas à voir les différends commerciaux s'intensifier et anticipe que l'économie mondiale continuera de croître au cours des 12 prochains mois. « Jusqu'à présent, les marchés ont intégré dans les prix qu'il s'agit de simples différends commerciaux et non d'une guerre commerciale. Nous sommes d'accord avec ce point de vue », explique Stefan Kreuzkamp, Directeur des investissements chez DWS, dans les perspectives de...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
L’économie en phase de déclin anticipé ?

Par Tomas Hildebrandt, Gérant Senior en charge de la gestion institutionnelle d'actifs français chez Evli Fund Management Les indicateurs économiques mondiaux publiés en janvier ont confirmé le ralentissement anticipé par le marché. Les perspectives concernant l'activité industrielle se sont considérablement dégradées dans tous les domaines. La croissance a ralenti en Chine, en Allemagne, en France et en Italie, par exemple. L'Italie est déjà en récession, son économie s'étant contractée pour...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Investir à long terme dans un contexte de populisme politique croissant

Par Thomas Herbert, Head of Portfolio Management chez ETHENEA Independent Investors. Les guerres commerciales à la Trump, la situation budgétaire de l'Italie et le Brexit sont actuellement dans tous les esprits. En effet, chacune de ces questions pourrait créer d'importantes distorsions macroéconomiques et faire des ravages sur les marchés financiers. Cependant, les politiciens d'Europe, des États-Unis mais aussi de Chine, ne gagneront rien à nuire à l'économie ou au système financier de leur...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
L'impact des tarifs douaniers États-Unis/Chine

Par Trevor Holder, Gérant Obligataire chez Newton Investment Management - BNY Mellon IM Les dernières semaines ont vu l'imposition de droits de douane américains de 25% sur 34 Mds$ d'importations en provenance de Chine : à cela se rajouteront des tarifs supplémentaires sur 16 Mds$ de marchandises chinoises à l'issue d'une période dite de consultation. Jusqu'à présent, l'impact économique direct initial de ces tarifs semble minime. Les exportations de métaux vers les États-Unis représentent...