Connexion
/ Inscription
Mon espace

Pour 81% de CGP, le marché actuel est favorable à une gestion active

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Plus de 8 conseillers sur 10 pensent que les nombreux risques inhérents aux marchés favorisent la gestion active, selon l’enquête de Natixis IM*.

Gérer les réactions émotionnelles de leurs clients face aux événements de marchés et aux risques associés peut constituer un défi pour les conseillers, mais la voie à suivre est claire : 81% d'entre eux affirment que le marché actuel est favorable à une gestion active.

Pour 75% des conseillers français (80% au niveau mondial), la durée du marché haussier a rendu les investisseurs complaisants en matière de risque, et 72% pensent même que leurs clients n’ont pas conscience du risque encouru jusqu’à ce que celui-ci soit avéré dans leurs portefeuilles. Cette tendance semble être en grande partie liée à leurs investissements passifs. Pour 70% des conseillers français, les investisseurs individuels ne sont pas conscients des risques de la gestion passive, et 68% estiment que ce type de gestion leur procure un faux sentiment de sécurité.


La gestion active est devenue une priorité

Gérer les réactions émotionnelles de leurs clients sera d’autant plus crucial pour les conseillers français que ces derniers anticipent des turbulences accrues sur les marchés. Pour y parvenir, et pour gérer les risques auxquels leurs clients sont confrontés, les conseillers se tournent vers la gestion active et les investissements alternatifs.

Alors qu’ils affirmaient, lors de la dernière enquête menée en 2016, qu’ils envisageaient de ramener leurs investissements en gestion active à 63%, les conseillers ont finalement augmenté leurs allocations vers les stratégies actives de 68% en 2016 à 69%. Pour les conseillers français, l’augmentation est encore plus significative puisqu’elle passe de 64 à 74%. Ils expliquent que le choix des solutions passives est principalement motivé par leurs frais moins élevés, procurant aux investisseurs individuels un faux sentiment de sécurité.

« La volatilité est revenue sur les marchés et les investisseurs doivent réapprendre à vivre dans l’incertitude. Pour naviguer à travers un tel environnement, il faut éviter de prendre des décisions d'investissement émotionnelles, mais surtout, il faut des approches actives de construction de portefeuille. Notre étude révèle que les conseillers français sont conscients de la valeur qui peut être générée par la gestion active - en termes de diversification de portefeuille, de gestion du risque et de génération de rendement - et 78% recommandent de la mettre en œuvre par le biais d'un large éventail d'investissements alternatifs », commente Mehdi Rachedi directeur de la distribution externe France et Monaco chez Natixis Investment Managers.


Les investissements alternatifs montent en puissance

78% des conseillers français recommandent d'investir dans des investissements alternatifs pour améliorer la diversification des portefeuilles et réduire les niveaux de risque dans un environnement de marché de plus en plus volatil. Diverses stratégies sont déployées dans les portefeuilles des clients :

- Diversification : les sondés privilégient surtout la gestion multi-alternative (48%), l’immobilier (39%) et les stratégies d’allocation d'actifs tactique globale (38%)

- Des substituts aux instruments obligataires ou aux fonds en euros: le principal actif choisi pour procurer des revenus stables est l’immobilier (22%)

- Gestion de la volatilité : pour gérer le risque de volatilité, ils conseillent les stratégies market-neutral (28%) et long-short actions (16%)


Le suivi des fluctuations de marché reste une priorité

Interrogés sur les principaux risques auxquels ils peuvent être confrontés, les conseillers citent :
- Les menaces sur les performances des investissements : les trois principaux facteurs menaçant les marchés sont une hausse des taux d'intérêt (pour 60% d’entre eux), la perspective de bulles dans certaines classes d’actifs (pour 59%) et les événements géopolitiques (pour 58%). Suivis de l’augmentation de la volatilité (pour 56%), le retrait des politiques d'assouplissement quantitative (pour 55%), la faiblesse globale des rendements (pour 52 %) et les aspects réglementaires (pour 43%).
- L’impact de la hausse des taux à court terme : la hausse des taux à court terme par les banques centrales devrait accroître la volatilité des obligations (66%), peser sur le marché de l’immobilier résidentiel (61%) et sur le marché du crédit (60%), renforcer la volatilité des marchés (59%) et pénaliser la valeur des actions (52%).
- Les risques dans les portefeuilles : les principaux risques identifiés sont la hausse des taux d'intérêt (57%), les pics de volatilité des prix des actifs (55 %) et la faiblesse des rendements (43%).
- Des craintes de bulles : compte tenu de la forte progression des crypto-devises en 2017, près de trois-quarts des conseillers financiers (74%) n’excluent pas un éclatement de cette bulle en 2018.


Des conseillers de plus en plus inquiets des réactions émotionnelles de leurs clients face à la volatilité des marchés

Près de la moitié des conseillers ont rapporté que leurs clients avaient réagi de manière émotionnelle lors du pic de volatilité de ce début d’année. Interrogés sur leurs rôles principaux, plus de 7 conseillers français sur 10 (74%) estiment qu’ils doivent accompagner leurs clients sur l’aspect émotionnel de leurs investissements, en jouant le rôle de la « voix de la raison » lorsque la volatilité est élevée et en les aidant à prendre des décisions plus rationnelles. Sensibiliser leurs clients aux enjeux et aux concepts financiers fait également partie des priorités de 62% des sondés français (et 68% au niveau mondial).

« Les professionnels de la finance anticipent des mutations majeures au cours de l’année à venir et leur capacité à répondre aux besoins des clients nécessitera un éventail de compétences très spécifiques.
D’une part, ils devront avoir une connaissance très fine des forces qui animent les marchés pour ajuster les stratégies d'investissement et regarder au-delà des performances à court terme.
D'autre part, ils devront être en communication étroite avec leurs clients pour s'assurer qu'ils comprennent réellement le risque inhérent à leurs portefeuilles et ajuster leur stratégie d'investissement en conséquence. Pour ce faire, une bonne compréhension des motivations de leurs clients est indispensable. Ils peuvent ainsi les aider à s’en tenir à leurs plans d’investissement et éviter les décisions émotionnelles qui pourraient perturber leurs objectifs à long terme », conclut Mehdi Rachedi.


*Le « Natixis’ Center for Investor Insight » a interrogé 2 775 conseillers financiers internationaux (dont 225 en France) sur les défis auxquels ils sont confrontés et la manière dont ils positionnent les portefeuilles de leurs clients pour répondre à un large éventail de risques d’investissement.

www.im.natixis.com/xis.com/

Soyez acteur de la finance responsable ! 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Marchés : les stratégies «overlay» sont à même de répondre aux défis actuels

Les marchés actions offrent toujours des opportunités d'investissement intéressantes, mais sont soumis depuis le début de l'année à une plus forte volatilité. Dans ces conditions, les stratégies «overlay» peuvent constituer une solution attrayante pour les investisseurs. L'analyse de Geoffroy Gridel, Senior Portfolio Manager à l'Union Bancaire Privée (UBP) L'environnement de marché actuel n'est pas de tout repos pour les investisseurs. D'une part, la conjoncture économique demeure plutôt...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
CGP, blockchain et ISR : Sigma Gestion cultive ses expertises

la fin d'année est riche en actualités pour Sigma Gestion qui a récemment lancé une grande enquête auprès de 4 000 professionnels de la gestion de patrimoine afin de connaître le niveau d'information de la profession sur le sujet et de pouvoir, ensuite, apporter des réponses adaptées à la profession. La société de gestion travaille d'arrache-pied sur ce segment : En attendant les résultats de l'enquête et afin d'apporter des réponses concrètes à ses partenaires et inves­tisseurs, elle a édité...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Marc Bourmault, Patrimonia

Entretien avec Jean-Marc Bourmault, Directeur des partenariats de Patrimonia Dans un contexte de matraquage réglementaire, pas moins de 7253 congressistes, professionnels du patrimoine, se sont réunis pour la 25ème édition de la convention Patrimonia qui s'est tenue à Lyon les 27 et 28 septembre derniers. Tour d'horizon avec Jean-Marc Bourmault, Directeur des partenariats de Patrimonia. Quelles ont été les principales caractéristiques de cette 25ème édition de Patrimonia ? Les secteurs de...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
MetLife France déploie sa stratégie auprès des CGP

Spécialiste de la prévoyance individuelle, MetLife France met en place un plan de développement auprès des Conseillers en Gestion de Patrimoine (CGP), avec :- la mise en œuvre de formations dédiées,- le rapprochement auprès des associations de CIF, ou encore- la mise à disposition d'outils de vente adaptés… En septembre 2018, une 1ère étape a été franchie avec le lancement de Super Novaterm Prévoyance, pour protéger le revenu, l'activité et la famille des indépendants. Face au constat de...