Connexion
/ Inscription
Mon espace

L'intelligence artificielle n’a pas fini de révolutionner le secteur financier

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Par Hugo Bompard, cofondateur et Directeur Scientifique de Nalo

Malgré des principes déjà anciens et un premier effet de mode dans les années 1990-2000, c’est seulement depuis peu que l’« IA » trouve de véritables champs d’application grâce au big data et à l’augmentation des capacités informatiques. La finance est particulièrement concernée.
L'intelligence artificielle a fait son apparition il y a déjà longtemps dans le secteur financier. Rien d’étonnant à cela, puisque cet univers de données chiffrées et normées constitue une matière facilement exploitable par un algorithme. Pour autant, la révolution n’en est encore qu’à ses débuts.


Finance de marché : l’« IA » s’attaque aux données non structurées

L’intelligence artificielle est apparue depuis déjà plus de 10 ans en finance de marché avec le développement des algorithmes d’investissement quantitatif. Ces méthodes d’investissement, capables de gérer des ordres d'achat et de vente de manière automatisée, ont notamment fait parler d’eux au travers du trading à haute fréquence. De nos jours, l’exploitation des données chiffrées « classiques » (données comptables, tendances boursières) est néanmoins arrivée au maximum de ses capacités. En conséquence, l’« IA » s’attaque à un nouveau domaine : l’exploitation de données non chiffrées et non structurées.

Ainsi, les algorithmes les plus poussés peuvent désormais analyser automatiquement des blogs spécialisés sur un marché donné, par exemple sur le marché pétrolier. Le but : en extraire des informations de première main n’ayant pas été reprises dans les grands médias et n’étant pas encore intégrées dans les cours. De même, certains algorithmes d'investissement quantitatif peuvent analyser les pages d'offres d'emplois de chaque entreprise pour identifier, avant l'annonce des résultats trimestriels, une éventuelle accélération ou décélération de l'activité de ces entreprises. Sans parler, bien sûr, des algorithmes permettant de déterminer l'e-réputation d'une entreprise à travers les messages véhiculés sur les réseaux sociaux, pouvant donner de précieuses indications sur la capacité d'une entreprise à séduire ses clients.


Conseil financier : des algorithmes meilleurs que les humains

L'intelligence artificielle émerge également depuis une période plus récente dans un nouveau domaine : celui du conseil financier. Cette tendance, qui se développe à grands pas, aura pour les particuliers des applications beaucoup plus tangibles que les méthodes d’investissement quantitatif.

Une première application de l'intelligence artificielle au domaine du conseil financier est celle des « chatbots ». Ces outils, de plus en plus répandus, sont utilisés pour dialoguer automatiquement avec les particuliers, en leur apportant des réponses simples au sujet de la gestion de leur épargne. Ils permettent notamment de fluidifier la relation des clients vis-à-vis de leur banque, en obtenant des réponses immédiates à leurs questions à toute heure de la journée.

La seconde application de l'intelligence artificielle au conseil financier est liée aux « robo-advisors ». En plein développement, ils permettent de proposer aux particuliers des placements adaptés à leurs objectifs financiers et à leur environnement patrimonial. Contrairement à un conseiller bancaire, qui aura intérêt à vendre les produits d'épargne de son propre établissement, ou à un conseiller en gestion de patrimoine, qui mêlera à ses conseils sa propre sensibilité au risque, le robo-advisor présente l'avantage de proposer des conseils sans biais, qu’ils soient émotionnels ou financiers.


Le but : pousser l’humain vers des tâches à forte valeur ajoutée

L’intelligence artificielle permet en somme d’automatiser un ensemble de tâches parfois complexes, comme l'analyse de grandes quantités de données, tout en sachant délivrer des solutions propres à chacun. La gestion systématisée d’une allocation d’actifs diversifiée ou du passage d’ordres permet un gain de temps précieux aux professionnels de la finance qui peuvent ainsi se concentrer sur des tâches à plus forte valeur ajoutée. Dans le domaine du conseil, ceux-ci peuvent notamment être davantage disponibles auprès de leurs clients pour les aider à se projeter, imaginer leurs projets et ainsi mieux définir leurs objectifs financiers. Dans ce domaine, un algorithme ne remplacera jamais l’humain.

Enfin, le développement de l’« IA » dans le domaine financier va de pair avec certaines innovations semblables dans le domaine du droit. Depuis peu, les « legaltechs » permettent par exemple d’établir et de suivre de manière automatique des contrats personnalisés en fonction des spécificités de chaque client. Des outils semblables pourront à l'avenir être adoptés en finance, par exemple pour traiter des problématiques patrimoniales : rédaction d'actes notariés et traitement des successions. Les applications de l’intelligence artificielle n’en sont donc qu’à leurs débuts !

https://nalo.fr/


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
« Echiquier Artificial Intelligence », une solution d’investissement dédiée à l’intelligence artificielle

Créée par La Financière de l'Echiquier (LFDE), Echiquier Artificial Intelligence, nouvelle solution « actions internationales », investie dans des entreprises leaders en forte croissance qui développent ou bénéficient de l'intelligence artificielle. Elle sera commercialisée à partir du 19 juin au Luxembourg, en France d'ici la fin de ce mois de juin, puis à travers l'Europe. La Financière de l'Echiquier est ainsi la 1ère société de gestion française à lancer un produit sur cette thématique de...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...