Connexion
/ Inscription
Mon espace

Des cycles économiques plus difficiles à appréhender

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Il suffit d’écouter les entreprises pour s’en convaincre. L’économie mondiale se définit davantage comme un puzzle de « marchés cibles » (avec une intensité concurrentielle plus ou moins marquée) plutôt que comme un planisphère évoluant au gré des cycles économiques traditionnels.

Par Gérard Moulin, Gérant pôle actions européennes chez Amplegest

Tout cela est finalement très logique. La mondialisation de l’économie, qui va crescendo depuis le début du siècle, a provoqué un choc tectonique : le développement des pays émergents provoque une série de réactions en chaine, et notamment la régression de certains pays industrialisés incapables de tirer profit de cette nouvelle donne alors que d’autres ont su s’adapter avec brio. Si certains pays passent par des phases d’ajustement salarial douloureuses mais nécessaires, personne n’aurait parié, il y a 30 ans, que l’Espagne deviendrait le 2ème pays producteur automobile européen derrière l’Allemagne mais devant la France et le Royaume-Uni !

Les zones de croissance se morcellent. Aujourd’hui dans le monde, pas moins de 6 cycles « traditionnels » se bousculent, dont 3 pour la seule Asie ! Dans ce contexte, bâtir une stratégie d’investissement sur les évolutions de cycle de « pays-continents » comme l’Europe, la Chine ou l’Inde relève de la gageure, d’autant que le lien entre croissance économique et reprise de l’inflation ne fonctionne plus (pour des raisons de hausse de l’intensité concurrentielle). Ainsi, la durée du cycle de croissance américain (10 ans) ne rencontre aucune explication satisfaisante. On évoque un cycle « exceptionnellement long » sans faire le lien avec la numérisation de l’économie américaine.


Une « cyclicité » bien mal comprise

Plutôt que de s’épuiser à courir après des cycles imprévisibles, nous préférons écouter les entreprises qui communiquent sur les thèmes du « territoire de chasse » et de « l’intensité concurrentielle » pour définir leur potentiel de croissance dans des marchés saturés ou pas. L’investisseur peut alors appréhender le potentiel d’une entreprise et identifier plus particulièrement les zones géographiques équipées de leurs produits ou services et celles qui restent à conquérir. On peut alors trouver des zones de croissance, y compris dans les pays occidentaux réputés « fatigués ».

Pour un gérant, cela nous amène à constater une véritable implosion de la classification sectorielle traditionnelle. Prenons l'exemple de certains groupes industriels qui réalisent jusqu’à 60% de leur activité dans les services associés à leur production. Chez certains équipementiers automobiles, le chiffres d’affaires 2021 est déjà acquis à près de 85% ! Peut-on alors parler de valeurs cycliques ? Non ! Ils ont simplement réalisé les bons produits et services à destination des zones géographiques adéquates.

A contrario, la « cyclicité » des décisions d’une administration de tutelle aura des répercutions bien plus dommageables, comme dans le cas de la FDA aux Etats-Unis pour les mises sur le marché de médicaments. Son bon vouloir transforme les grands groupes pharmaceutiques en sociétés aux résultats aléatoires alors que beaucoup de gérants les considèrent comme des valeurs défensives. On pourrait multiplier les exemples…

En résumé, nous pouvons en déduire que la taille du « marché cible » d’une entreprise est bien plus importante que l’anticipation de cycles économiques de plus en plus illisibles.

Retrouvez cette tribune et plus d'infos sur Amplegest : http://www.amplegest.com/

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Des fonds de fonds français exposés à 100% via des ETF

Le spécialiste de la gestion d'épargne en ligne, lance une offre de multigestion exposée à 100% sur des ETF sélectionnés de manière indépendante.     Fort de son processus de sélection éprouvé parmi 5000 ETF et plus de 20 fournisseurs d'ETF, et de sa capacité à proposer une approche risque/rendement personnalisée et focalisée sur l'indicateur de perte, Yomoni lance en ligne les premières SICAV exposées à des ETFs sélectionnés de manière indépendante : Yomoni Monde et Yomoni Allocation  L'offre...

ABONNES
ThomasLloyd fait le pari d’investir dans les infrastructures durables sur le continent asiatique

La majorité des pays d'Asie sont engagés dans une convergence progressive, facilitée en grande partie par le développement de l'infrastructure physique et financière. Cette croissance économique a créé des défis structurels considérables s'illustrant par une infrastructure sous-développée.Les investisseurs traditionnels sont dépassés, les budgets publics de l'Asie ont un énorme besoin de capitaux pour couvrir le développement des infrastructures dans les secteurs de l'électricité, des services...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
« On ne ramasse pas les perles le long de la grève, il faut plonger au fond de l’océan pour les trouver * »

Janus Henderson Investors lance la publication du 1er volet d'une enquête en 8 parties sur l'investissement en Chine, intitulé « Signaux et écrans de fumée ». Reposant sur des recherches approfondies, supervisées par Mike Kerley, Directeur actions pan-asiatiques et Gérant de portefeuille de Janus Henderson Investors, et Tim Clissold, Expert de la Chine et Auteur de la publication, cette enquête permet de comprendre comment la croissance chinoise a façonné la structure de la gouvernance des...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
L’escadrille des véhicules électriques prête pour la charge

Par Naomi Waistell, Gérante chez Newton IM - BNY Mellon IM La révolution en cours au sein du marché des véhicules électriques (VE) alimente l'envolée de la demande pour les batteries automobiles de pointe ainsi que les matières premières entrant dans leur fabrication. L'amélioration de l'environnement technologique ainsi que le soutien accru des autorités publiques au sein de nombreux pays développés et émergents constituent un atout majeur pour les fabricants dans les secteurs des véhicules...