Connexion
/ Inscription
Mon espace

M&A : les acquisitions de petite taille préférées par les actionnaires aux opérations de grande taille, à risque élevé

ABONNÉS

Selon la dernière édition du Quarterly Deal Performance Monitor* de Willis Towers Watson, la performance du marché mondial des fusions-acquisitions est restée stable au 1er  trimestre  2018 sous-performant en moyenne son indice1de 0,1 pp (points de pourcentage) ces 3 derniers mois. Les transactions de grande taille (plus de 1 Md $) et les méga-transactions (plus de 10 Mds $), à l’instar des opérations transfrontalières voir transcontinentales, ont peiné à générer la valeur attendue.
*QDPM, Observatoire trimestriel des fusions-acquisitions

 

Réalisée en partenariat avec la Cass Business School, l’étude M&A recense le nombre d'opérations finalisées de plus de 100 M$ au cours du trimestre, et analyse la performance du cours de l’action des acquéreurs.

Pour le 1er trimestre 2018, elle met en évidence les tendances suivantes :

- Les acquéreurs de la zone Asie-Pacifique ont enregistré les plus mauvais résultats du trimestre comparativement aux autres régions considérées, avec une sous-performance de 16,8 pp, suivis par les acquéreurs nord-américains, qui affichent une sous-performance de 3,5 pp, et les acquéreurs européens, dont la sous-performance est moins marquée (1,3 pp).

- Les opérations de grande taille ont sous-performé l’indice de 4,0 pp, tandis que les opérations de taille moyenne (moins de 1 milliard $) ont échappé à cette tendance négative et ont surperformé le marché de 0,4 pp.

- Les opérations plus complexes ou plus lentes à finaliser ont sous-performé l’indice : les transactions transfrontalières ont cédé 3,7 pp et les transactions inter-régions ont perdu 4,3 pp.

- En revanche, les opérations moins complexes, comme les opérations domestiques (0,4 pp) et intrarégionales (0,4 pp), ont surperformé leurs indices respectifs.

- Au final, ce trimestre, la part des opérations entre les différentes régions (14%) et des opérations intersectorielles (27%) sont à leur plus bas depuis 2009 et 2015 respectivement.


Maud Mercier, Directrice de l’activité Global Solutions and Services au sein de Willis Towers Watson en France
, commente : « Malgré de solides prévisions anticipant une vague d’opérations de fusions-acquisitions en 2018, les derniers chiffres mettent en évidence les obstacles importants que les acquéreurs doivent surmonter entre l’annonce d’une opération et le moment où les actionnaires considèrent que l’opération est couronnée de succès.
Actuellement, les opérations dont les montants atteignent des milliards d’€ et qui modifient profondément l’activité de l’acquéreur, ne tiennent pas toujours leurs promesses. La persistance des incertitudes politiques et réglementaires font toujours peser un risque sur les transactions importantes. Mener à bien une opération de grande taille est souvent un exercice difficile, et parvenir à générer de la valeur nécessite une procédure de due diligence rigoureuse et des compétences en matière d’intégration.
En revanche, les opérations de plus petite taille, qui réunissent un acquéreur et une cible géographiquement plus proches, sont plus faciles à finaliser car les obstacles sont moindres et elles enregistrent ainsi les meilleures performances du trimestre. Cela pourrait conduire les acquéreurs à revoir leur appréciation du gain attendu d’opérations de plus grande envergure, et/ou plus complexes. »

Bien que selon l’étude QDPM, les acquéreurs mondiaux affichent toujours une performance moyenne glissante sur trois ans qui demeure positive à 4,5 pp, les résultats du 1er trimestre 2018 témoignent d’une tendance à la sous-performance pour les opérations plus lentes à finaliser (70 jours ou plus), notamment les méga transactions (dont la valeur excède 10 Mds$), les transactions de grande taille, et les opérations transfrontalières et interrégionales.

Maud Mercier précise : « L’environnement des opérations de fusions-acquisitions reste favorable (liquidités abondantes, valorisations record des actions et dette bon marché), mais les mauvaises performances ont permis de tester l’intérêt du marché pour les méga-fusions ambitieuses et le recul prononcé de la zone Asie-Pacifique souligne d’autant plus les risques qui menacent ces transactions. Selon nous, les entreprises continueront de se montrer plus prudentes en 2018, tout en restant à l’affut d’opérations stratégiques et de taille plus petite; les transactions dans le secteur des technologies resteront le premier moteur des fusions-acquisitions cette année. »

Gabe Langerak, Responsable M&A pour l’Europe occidentale chez Willis Towers Watson, conclut : « La sous-performance de l’Europe est un changement majeur par rapport aux résultats plus soutenus des trimestres précédents. Malgré cela, la performance du marché européen des fusions-acquisitions s’est avérée bien supérieure ce trimestre à celle d’autres parties du monde. 
C’est peut-être plus un phénomène cyclique qu’une tendance de fond, le marché européen ayant souvent, ces dernières années, marquait le pas au premier trimestre (tout en restant surperformant). »

Willis Towers Watson est l’un des plus grands cabinets de conseil, de courtage et de solutions logicielles au monde.
willistowerswatson.com.

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Nominations Secteur Patrimoine & Finance

Michel Dinet, Directeur du Développement de Richelieu Gestion Agé de 53 ans, Michel Dinet rejoint l'équipe dirigée par Christophe Boulanger, Directeur Général de Richelieu Gestion, qui déclare « […] L'arrivée de Michel traduit la volonté affirmée de Richelieu Gestion de donner une place centrale aux acteurs de proximité de l'épargne dans son développement. Fort de sa connaissance très fine de leurs attentes, de sa volonté permanente de traduire leurs besoins en solutions, il sera un...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
PATRIZIA étend son réseau asiatique avec l'acquisition de Kenzo Capital Corporation

Partenaire mondial du secteur de l'investissement immobilier paneuropéen, Patrizia Immobilien AG a acquis les activités de Kenzo Capital Corporation, société de conseil en immobilier et de gestion d'actifs basée à Tokyo, ainsi que les activités relatives à la direction du fonds de Kenzo Japan Real Estate GmbH. Cette étape importante vise à développer le réseau international de Patrizia et à offrir des opportunités d'investissements européens à un nombre de clients toujours croissant, tous pays...