Connexion
/ Inscription
Mon espace

Obligations à taux variables : comment gérer un environnement de taux changeants

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

Par Christian Reiter, Portfolio Manager Deutsche Floating Rate Notes

L’attention des investisseurs est de nouveau focalisée sur la hausse de l'inflation, et plus particulièrement sur la réaction des banques centrales face à ce phénomène. La hausse des taux d’intérêt aurait en effet un impact considérable sur les obligations détenues par les investisseurs en faisant baisser leur valeur : si ces titres sont revendus avant l'échéance, les transactions pourraient se faire à pertes.

Les obligations à taux variable peuvent néanmoins permettre d’éviter cet effet. Du fait de la variabilité de leur rémunération, les obligations à taux variables offrent généralement un rendement proche de celui du marché monétaire, par exemple de l'Euribor. L’avantage, si les taux d'intérêt augmentent, le rendement délivré par ces actifs s’ajuste à intervalles réguliers. En outre, ils bénéficient d'une prime de crédit qui dépend de la solvabilité de l'émetteur et de la maturité restante avant échéance.

 

Une valeur de marché indépendante de l’évolution des taux d'intérêt
Une obligation à taux variable élimine donc autant que possible le risque d’une remontée des taux d’intérêts, tout en délivrant une surperformance liée à la prime de crédit. Cette prime assure un rendement minimal lorsque les taux de marché sont faibles. Par ailleurs, lorsque les taux d'intérêt montent, l’augmentation du rendement des obligations à taux variable permet d’empêcher une baisse de leur valeur de marché. Ces deux aspects rendent ces produits particulièrement attractifs pour les investisseurs institutionnels. Si l'inflation devait réapparaître, la BCE pourrait en effet mettre un terme à sa politique monétaire accommodante, nécessitant un repositionnement stratégique de nombreux portefeuilles institutionnels.

Une forte demande des investisseurs institutionnels
Avec des encours sous gestion d'environ 10 Mds€, « Deutsche Floating Rate Notes » est l'un des plus grands fonds d’obligations à taux variables gérés activement en Europe. Au cours de l’année 2017, les encours du fonds ont triplé en raison d’une forte demande. Il s’agit d’une force supplémentaire pour les investisseurs institutionnels car les fonds de grande taille sont généralement en mesure de gérer des transactions d'achat ou de vente de 50 à 100 M€.
Lors de la sélection des primes de crédit, les gérants du fonds se concentrent sur les obligations d'une maturité résiduelle pouvant aller jusqu'à 5 ans, alors que les fonds du marché monétaire investissent généralement dans des obligations d'une durée de deux ans maximum. Le fonds est investi à au moins 95% dans des obligations de bonne à très bonne qualité (principalement des obligations du secteur financier, mais aussi des obligations d'entreprises et, dans une moindre mesure, des obligations souveraines). Le risque de crédit est donc limité. Les obligations non libellées en euros sont couvertes contre le risque de change.

Tous ces éléments permettent au fonds « Deutsche Floating Rate Notes » d’être une solution d'investissement efficace pour gérer l’impact d’une éventuelle remontée des taux

https://dws.com/en-fr/

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...