Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le niveau des prix résulte de la masse monétaire multipliée par la vitesse de circulation de l’argent

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Billet mensuel - mars 2018 - du Docteur Leber, fondateur d’ACATIS, société de gestion indépendante allemande

Ces derniers temps, nous avons discuté de l’éventualité d’un retour de l’inflation. Les anticipations du marché se prononcent largement pour le non, alors que nous disons oui. Peter Praet, économiste en chef de la BCE, a dit un jour : « Lorsqu’on imprime de la monnaie, on obtient toujours de l’inflation. Toujours ».

Il y a une obligation Bund arrivant à échéance en 2046 qui intègre un taux d’inflation de 1,6% pour les 30 prochaines années. Nous nous sommes habitués à ce bas niveau d’inflation. Les syndicats se montrent raisonnables, les Asiatiques assurent des produits bon marché, les robots produisent à moindre coût, le prix du pétrole est modéré… autant de bonnes raisons qui expliquent des prix durablement modérés.

Parallèlement, la BCE (mais également ses homologues japonais et américain) ont élargi la masse monétaire à un niveau astronomique. Les sciences économiques nous apprennent que le niveau des prix résulte de la masse monétaire multipliée par la vitesse de circulation de l’argent. Et comme cette vitesse de circulation atteint un record de lenteur, nous n’avons actuellement pas d’inflation. Mais cette vitesse peut s’accélérer très rapidement lorsque les gens deviennent nerveux.

Nous voyons au Venezuela ce que donne une vitesse de circulation élevée, à savoir une hyper inflation où la valeur du papier est supérieure à la valeur du billet. C’est ce qui se produit lorsque la confiance dans l’État se détériore et que la monnaie n’est plus librement convertible dans d’autres devises. Dans une telle situation, des biens matériels (articles de grande consommation, biens d’investissement, immobiliers, actions) sont achetés car personne ne veut garder de l’argent en main et chacun souhaite posséder des valeurs matérielles sûres.

Une telle perte de confiance est également envisageable en Europe (la crédibilité de l’Europe n’était pas très élevée que ce soit pendant la crise financière ou pendant la crise des réfugiés - des règles rigides ont été violées à plusieurs reprises). En Europe aussi, des interventions de l’État dans la disponibilité de la monnaie sont envisageables. Nous l’avons vu en Grèce et à Chypre. Pour le reste, ce type de situation donne naissance à des systèmes de paiement alternatifs (outre l’or, nous pensons en particulier aux cryptomonnaies).

Les ingrédients de l’inflation sont donc réunis. Actuellement, nous ne pouvons pas nous imaginer ce qui pourrait déclencher une réaction en chaîne. Mais nous pouvons affirmer que, dans un tel cas, les recettes des banques centrales pour contenir l’inflation ne fonctionneraient plus. Si elles étaient mises en œuvre (pensons à une interdiction généralisée de paiements et de retraits ou à des taux d’intérêt de niveau record), elles seraient préjudiciables à un autre niveau ; par exemple celui du change ou au niveau conjoncturel.

Conclusion :nous devons observer avec attention les statistiques de taux d’inflation, conserver les valeurs matérielles comme les actions et acheter, moyennant un volume limité, des obligations protégées de l’inflation. Nous estimons que le maintien d’un taux d’inflation moyen aussi bas que 1,6% n’est pas plausible sur les 30 prochaines années.

www.acatis.de/fr

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...