Connexion
/ Inscription
Mon espace

Que s’est-il passé récemment sur les marchés ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

Market Flash de Oddo BHF AM corédigé par Nicolas Chaput, CEO & Co-CIO Oddo BHF AM et Laurent Denize, Co-CIO Oddo BHF AM.

Après un début d’année spectaculaire des actifs risqués et notamment des actions (MSCI World All countries + 5.6% fin janvier), la rapide hausse des taux observée sur l’ensemble de la courbe américaine a perturbé les investisseurs.
En effet, en 3 mois la hausse de 60 bps sur les taux à 10 ans américains n’avait pas été compensée par une hausse de la prime de risque équivalente sur les marchés actions. Avec une baisse de près de 9% des actions américaines depuis leur pic le 26 janvier 2018, nous sommes tentés de dire que le rattrapage est fait. Ainsi avec un PE à 12 mois sur les bénéfices prévisionnels passant de 19 à près de 16 (compte tenu des révisions de bénéfices à la hausse) la prime de risque diminue de … 60bps. Le problème réside dans la soudaineté et la violence de la correction. Après un tel choc, le marché prend du temps avant de retrouver plus de sérénité.


Analysons les réactions des différentes classes d’actifs

Sur les actions, le mouvement de vente est en grande partie dû à un débouclage des stratégies quantitatives vendeuses de volatilité, contraintes de couvrir leurs ventes d’options par des ventes d’actions afin de conserver le même niveau de risque. En revanche, nous n’avons pas perçu à ce jour de rotation sectorielle significative d’un retournement de tendance.
Sur le crédit - notamment obligations spéculatives haut rendement -, les investisseurs sont restés calmes, concentrés sur les publications de résultats des sociétés.
Sur les devises, là aussi nous n’avons pas observé le « flight to quality » qualifiant les changements de régime, à savoir un repli sur le yen, le franc suisse ou le dollar américain.
Les taux d’intérêt, à la source même de la correction, n’ont pas subi d’accélération haussière. Au contraire, ils se sont repliés d’une dizaine de points de base, ce qui invalide la crainte d’une remontée rapide de l’inflation ou d’une sortie accélérée des politiques monétaires accommodantes.

Notre stratégie qui privilégie en ce début d’année les actions et limite au maximum la duration n’est pas remise en cause par ce développement de marché. Dans ce cadre une analyse factuelle de la situation actuelle ne diffère en rien de l’analyse faite en début d’année : les indicateurs avancés restent particulièrement bien orientés, tant au niveau macro-économique (avec les révisions à la hausse des perspectives de croissance aussi bien aux Etats-Unis qu’en zone euro) qu’au niveau de la croissance de la capacité bénéficiaire attendue. Dans ce contexte nous ne modifions pas pour le moment nos allocations d’actifs dans les portefeuilles diversifiés.


Mais restons vigilants

Nous serons particulièrement attentifs à la vitesse de remontée des taux longs, aux signaux inflationnistes, aux indicateurs de risque (volatilité) et surtout aux flux des investisseurs qui guideront le « momentum » de marché. Mais le retour de la volatilité ne doit pas faire oublier l’essentiel : les fondamentaux des entreprises et de l’économie nous laissent présager des gains sur les résultats des sociétés qui devraient ainsi s’accommoder de la hausse des prix et des salaires.

www.oddo-bhf.com

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...