Connexion
/ Inscription
Mon espace

Pour 75% d'investisseurs, les robo advisors sont attractifs pour la gestion de leurs investissements

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

 

A l’occasion du Paris Fintech Forum 2018, Gambit Financial Solutions, société européenne spécialisée dans les solutions digitales de conseil en investissement, publie les résultats d’une enquête menée en partenariat avec l’IFOP, sur la perception des robo advisors par les investisseurs français, et l’attrait qu’ils représentent pour la gestion de leurs investissements.

Extrait de l’enquête 

Même si l’apparition des robo advisors est très récente, la plupart des personnes interviewées en ont déjà entendu parler : 42% voient ce dont il s’agit, dont 22% de manière précise.

Parmi les interviewés disposant de placements, 65% sont accompagnés par un professionnel : 43% ont recours à un conseiller bancaire, et 32% à un conseiller en gestion de patrimoine. Un tiers des investisseurs interviewés qui ont investi dans plusieurs fonds gèrent eux-mêmes leurs placements.
Lorsqu’ils sont interrogés sur la possibilité d’investir via un robo advisor, 57% des personnes disposant de placements seraient prêtes à recevoir des conseils issus de robo advisors. A l’inverse, seuls 12% se montrent rétifs à ces technologies.

45% des investisseurs ayant recours à un conseiller bancaire seraient tentés d’investir via un robo advisor. Et l’ouverture est encore plus large chez les investisseurs gérant eux-mêmes leurs placements : 47% se disent prêts à investir via des robo advisors. Sur le total des personnes interviewées, 41% des investisseurs n’ayant jamais testé ce type d’outils seraient prêts à franchir le pas et à investir via un robot conseiller.
Même s’ils possèdent une culture de l’investissement solide et reconnaissent des points forts à ces nouvelles plateformes, peu d’investisseurs ont déjà franchi le pas. In fine, seuls 3% des personnes interviewées ont déjà investi sur des supports gérés par des robo advisors.

Mais les représentations associées aux robots conseillers sont globalement très positives. 80% estiment qu’ils sont à la pointe de l’innovation et de la technique, 78% qu’ils permettent de gagner du temps dans la gestion de ses investissements financiers.


En matière d’investissement, le rôle des conseillers professionnels est jugé complémentaire à celui des robo advisors, notamment sur le plan de la pédagogie.

Si les robo advisors séduisent une part importante des investisseurs interrogés, c’est en premier lieu en complément au recours aux conseillers professionnels que leur utilisation est envisagée : 75% des personnes interrogées les considèrent comme des outils complémentaires aux conseils professionnels. En effet, la satisfaction des personnes interviewées pour qualifier leurs relations avec les conseillers professionnels est large, notamment vis-à-vis des explications apportées pour leurs investissements (risque, performance) : 80% font part d’un satisfecit à cet égard. L’accompagnement de leur conseiller professionnel est donc clé pour les investisseurs.

Geoffroy de Schrevel, Directeur Général de Gambit Financial Solutions a  notamment précisé « […] Il y a trois ans, très peu d’investisseurs auraient déclaré leur intérêt pour un robo advisor. Ils sont désormais près d’un sur deux à envisager le recours à un robot conseiller pour gérer leurs investissements. La progression est remarquable. Cela conforte notre volonté d’accompagner la transition digitale des institutions financières et des conseillers en gestion, en mettant à leur disposition des solutions en marque blanche qu’ils puissent piloter eux-mêmes. »

*Enquête menée au début du mois de janvier 2018 auprès de 300 individus présentant un profil CSP++, propriétaires de leur logement et disposant d’un revenu brut individuel annuel supérieur ou égal à 80 000€.  

www.gambit-finance.com

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Claude Chasson, Bacchus Conseil

Bacchus Conseil : Une vision durable et raisonnable de l'investissement « plaisir » Loin des spéculations observées ces dernières années sur les bouteilles de vin, Monsieur Jean-Claude CHASSON s'est spécialisé avec Bacchus Conseil dans le développement durable et harmonieux du patrimoine viticole français. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale avec le fondateur de l'entreprise. Quand avez-vous créé votre premier GFV ? C'était en 1989. Dans le cadre de l'expertise comptable et fort de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Marc Divoux, Finance SA

Entretien avec Jean-Marc Divoux, gérant du fonds Expert Patrimoine Après avoir réuni certaines expertises de Robeco, de Commodities AM, de KBL Richelieu et AG2R AGICAM, Finance SA a accueilli Jean-Marc Divoux dans l'équipe de gestion en février dernier. Il y déploie désormais son expertise de gestion dont il nous parle avec passion. Quel a été votre parcours ? Après une formation d'ingénieur (avec une option en intelligence artificielle, ce qui, dans les années 80, n'était pas encore à la...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
ISR et performance

La Financière de l'Echiquier présente une nouvelle étude sur ISR et performance La Financière de l'Echiquier, qui revendique un rôle de pionnier de l'application à la gestion d'actifs des critères ESG en France, vient de réaliser une grande étude sur ISR et performance. Bonne nouvelle : l'extra-financier ne détruit pas de valeur ! « Faut-il, s'interroge Didier Le Menestrel, président de La Financière de l'Echiquier, se résoudre à un sacrifice de performance lorsque l'on choisit d'investir de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
+ 4,5 % en un mois pour notre sélection diversifiée

Entre le 7 février et le 6 mars, notre sélection de supports d'investissement diversifiée s'est octroyée 4,5 %. Un beau score en ligne avec la poursuite du rebond des indices boursiers depuis la fin de l'année dernière. Un potentiel de 64,3 % pour une de nos valeurs Au cours des quatre semaines écoulées, huit lignes sur dix se sont mises en évidence, à commencer par Spie (+ 13,8 %) et SII (+ 11,2 %). Saint-Gobain fait encore du surplace, en dépit de la politique de repositionnement ambitieuse...