Connexion
/ Inscription
Mon espace

Oddo mise sur les convertibles pour leur composante actions

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Le 28 janvier, Oddo Asset Management a eu la bonne idée de réunir ses gérants d’obligations convertibles, Xavier Hoche et Muriel Blanchier, ainsi que Michel Piermay, président de la société d’actuariat-conseil Fixage, et Roger Caniard, responsable de la gestion financière de MACSF, deux personnalités qui ont donné un éclairage « indépendant » sur la classe d’actifs.

Rappelons que MACSF promeut notamment un contrat d’assurance-vie pour les professions de santé – RES –, dont l’encours atteint 18 milliards d’euros et dont la performance 2012 s’est élevée à 3,5 % (5 points de base de plus que le contrat phare de l’Afer), alors que la moyenne de rentabilité de l’assurance-vie est inférieure, pour l’exercice écoulé, à 3 %. Dans l’allocation globale de MACSF, les obligations convertibles pèsent aujourd’hui 12,7 %, mais elles ont déjà représenté dans le passé jusqu’à 37 %.

« 2012 a été une année extraordinaire pour toutes les classes d’actifs, fait observer Michel Piermay. Je ne suis pas sûr que tout le monde s’en rende bien compte. Il n’y en pas eu de pareille depuis plus de trente ans. Les obligations convertibles ne sont pas exemptes de risque, comme l’a montré l’exercice 2008, où elles ont perdu plus de 20 %, et restent assez peu liquides. Malgré tout, le flux d’émissions va animer le marché. »

En cinq ans, le total des émissions a été divisé par 3, alors qu’il correspondait dans le monde à quelque 200 milliards de dollars en 2007. Toutefois, en janvier, en Europe, en deux semaines, le cumul de cinq convertibles nouvellement émises a porté sur près de 3,7 milliards d’euros… Il faut souligner que, de tout temps, les obligations convertibles permettent d’amortir les chocs de marché. Leur convexité – en vertu de laquelle elles gagnent plus dans les hausses qu’elles ne perdent dans les baisses – les rend traditionnellement attrayantes.

Certes, le moteur de la progression des cours des emprunts convertibles s’est déplacé. Si la composante taux est moins porteuse, la composante actions, en revanche, devrait prendre le relais. Au final, les obligations convertibles, plutôt défensives, restent donc intéressantes. Si la détente des taux ou la réduction des écarts de rendement entre le crédit et le souverain ont effectivement déjà eu lieu pour une large part, il reste en effet un potentiel important du côté des actions. Quelques noms d’émetteurs cités par les gérants : Ingenico, Air France-KLM, Adidas, Bradesco/BES, Maurel et Prom, TUI Travel, Abengoa, Galp/Parpublica, Subsea7, CGG Veritas, Technip ou encore Glencore.

Michel Lemosof

Retrouver notre avis  et le fonds sélectionné dans le Bas de laine 243, à paraître le 5 février 2013

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...