Connexion
/ Inscription
Mon espace

La région MENA résiste aux tensions.

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Ghadir Abu Leil-Cooper, Fund Manager chez Barings : « De belles perspectives de croissance grâce au dynamisme d'une population jeune, aux cours élevés du pétrole, et à l'essor des investissements en infrastructures. »

En dépit des événements politiques en Syrie et en Egypte, les bourses de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) continuent de bien résister. Sur les trois premières semaines de l’année, le MSCI Arabian Markets ex Saoudi Arabia  progresse ainsi de +  8,6% en $ alors que, sur la même période, le MSCI Latin America baisse pour sa part de - 1,3% en $. (Thomson Reuters Datastream au 22 janvier 2013). 

Si investir sur des marchés frontières implique naturellement des risques, ceci ne doit pas occulter le fait que la région MENA présente de belles opportunités, notamment grâce à la robustesse de sa croissance. Compte tenu des valorisations actuelles,  tout accès de faiblesse constitue une opportunité pour un investisseur en quête de perspectives de croissance affirme Ghadi Abu Leil Cooper, gérante du Baring MENA Fund.

Contrairement aux pays occidentaux, la région bénéficie d’une démographie porteuse, population jeune et en expansion, avide de consommation et de la hausse des investissements en infrastructures. Un tiers de la population a moins de 15 ans, ce qui, à long terme, offre des perspectives favorables pour les dépenses de logement, de santé et de consommation. 

La région bénéficie également des cours du pétrole élevés. Les pays comme le Qatar ou l’Arabie Saoudite ont ainsi entrepris de vastes programmes d’investissements en infrastructures, notamment en construisant des écoles et universités, des centrales électriques, des usines de dessalement de l’eau, des raffineries. Si la région MENA nous parait très attractive en termes de potentiel de croissance, elle l’est également en termes de bénéfices par rapport aux cours. Alors que le PER affiche un niveau historique moyen de 16, il se situe actuellement à seulement 13.

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...