Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les poches de trésorerie des investisseurs se structurent selon leurs besoins de liquidité

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

Analyse de Christophe Frespuech, Directeur Commercial Institutionnel France chez OFI AM

Entre fonds « cash équivalent », à échéance, ou d’obligations court terme, plusieurs alternatives au monétaire sont offertes.
Le besoin de placements court terme et peu risqués ne se dément pas, comme en témoignent les solides flux de collecte dont bénéficient les OPC monétaires depuis deux ans, malgré les performances négatives qu’affiche la grande majorité d’entre eux. Beaucoup d’investisseurs sont contraints de continuer à allouer une partie de leurs actifs en fonds court terme, pour des raisons de réglementation, de règles prudentielles et de contrôle des risques. Ceci les incite à avoir recours à des OPC monétaires, qui offrent certes une performance légèrement négative, mais sans crainte de forte moins-value. En outre, les dépôts bancaires courants ne sont pas une alternative, car les banques répercutent les taux négatifs auxquels sont soumis les liquidités déposées à la BCE.

Ces choix sont d’autant plus d’actualité, que les craintes de corrections grandissent concernant les marchés actions comme obligataires. Ce contexte nourrit les réflexions des investisseurs sur les choix à leur disposition. Beaucoup de titres obligataires de courte ou moyenne maturité offrent une rémunération proche de zéro et un risque non négligeable de perte en cas de hausse des taux. Les alternatives au monétaire sont appréhendées selon leur degré de risque.


Des marges de manœuvre plus ou moins larges selon les véhicules
En premier lieu, les fonds « cash équivalent » (sous la forme de fonds ouverts ou dédiés) donnent plus de marges de manoeuvre, leurs règles d’investissement leur permettant de souscrire des obligations jusqu’à 3 ans de maturité, contre 2 ans maximum dans le cadre de fonds monétaires. Ces produits affichent une performance positive sur l’année 2017 (6 pb en moyenne) et ont en conséquence bien collecté. Ce sur-rendement s’explique essentiellement par la possibilité de prendre des positions sur la partie 2 à 3 ans, nécessairement délaissée par les fonds monétaires. La tendance est cependant à l’écrasement du rendement ces derniers mois, pour tendre vers zéro.


Pour leur part,
les obligations court terme peuvent être abordées de 2 façons :

- à travers un fonds à échéance, intégralement constitué de titres de maturité 3 ans, portés jusqu’à leur échéance. Il offre une excellente visibilité sur le rendement.
- à travers un fonds constitué d’obligations de 1 à 3 ans, mais plus souple que le « cash équivalent » et donc géré plus dynamiquement, puisque susceptible de prendre des positions sur des taux fixes ou du « high yield », par exemple. Il peut ainsi profiter d’opportunités liées à des mouvements de marché, combinant trois sources de performance : la maturité, le crédit et la duration. En contrepartie, il est exposé au risque de taux, mais la limitation de la maturité à 3 ans permet d’avoir un budget de risque bien déterminé.
Dans cette perspective, les investisseurs structurent désormais des poches de trésorerie, court terme et moyen terme, en phase avec leurs besoins de liquidités, courantes ou structurelles.


Performances comparées en 2017 des fonds monétaires, « cash équivalent » et d’obligations court terme

Segment de marché                        % performance 2017
Eonia capitalisé                                             - 0,36
Fonds monétaires                                          - 0,24
Fonds obligations euro très court terme   - 0,13
Fonds « cash équivalent »                            +0,06

Plus d’informations, consulter www.ofi-am.fr

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...