Connexion
/ Inscription
Mon espace

Il est trop tôt pour s’inquiéter de l’aplatissement de la courbe des taux

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

Une analyse de Christophe Morel, Chef économiste chez Groupama AM

La courbe des taux américaine s’est fortement aplatie. Or, l’aplatissement de la courbe des taux a pu constituer, dans le passé, un signal avancé de ralentissement conjoncturel. Les banques centrales commencent à s’en inquiéter. Nous pensons que cet aplatissement ne signale pas un retournement cyclique mais résulte justement de l’action des banques centrales qui biaise le contenu informationnel de la structure à terme des taux.

1/  Actuellement, l’écart entre le rendement des Treasuries à 10 ans et les Fed Funds s’établit à 105pdb (contre 170pdb début 2017 et un plus haut à 360pdb en mars 2010). En 2017, le mouvement d’aplatissement provient de la seule remontée des Fed Funds puisque le rendement à 10 ans est resté quasi-inchangé. Cette stabilité du rendement 10 ans - et singulièrement de la prime de terme - est surprenante au regard de l’annonce du dégonflement du bilan de la Fed. Pour mémoire, la prime de terme correspond à l’écart entre le rendement 10 ans et la moyenne des Fed Funds sur 10 ans. Cette absence de réaction de la prime de terme sur la courbe américaine pourrait s’expliquer par une combinaison de 2 facteurs très similaires dans le sens où ils découlent de l’action des banques centrales :
- par arbitrage, la politique monétaire non conventionnelle très accommodante partout dans le monde (Japon, Zone euro,…) disloque encore la courbe des Treasuries ;
- le « put » des banques centrales conduit la volatilité obligataire (mesure de l’incertitude) sur des plus bas historique, provoquant une baisse du rendement exigé dans la prime de terme.Dit autrement, les marchés sont conscients qu’en situation de « répression financière » liée à l’endettement, les banques centrales mèneront durablement des politiques monétaires non conventionnelles.

Au final, la courbe des taux s’est aplatie non pas en raison de la partie courte … mais de la partie longue qui n’a pas bougé, justement en raison de l’action des banques centrales.


2/ Ayant en tête que les politiques monétaires non conventionnelles biaisent actuellement le contenu informationnel de la courbe des taux, cela doit d’emblée nous conduire à relativiser le signal de ralentissement conjoncturel suggéré par l’aplatissement
de la structure à terme des taux américains. En outre, la pente des taux a souvent signalé un retournement cyclique baissier, mais elle a aussi donné de faux signaux. Ainsi, la pente des taux n’est pas toujours un indicateur prédictif robuste des perspectives conjoncturelles.


3/
Lors de la dernière réunion de politique monétaire de la Fed, certains banquiers centraux ont précisé qu’ils accordaient toutefois de l’importance au contenu informatif de la courbe des taux. Pour anticiper leur seuil d’inquiétude, nous avons construit un modèle qui estime la probabilité de récession de l’économie américaine à partir de la seule pente des taux (10 ans - FF). Par construction, ce modèle « s’ajuste » aux données passées. Avec le niveau actuel des Fed Funds, la probabilité de récession à un an serait de 8%. En supposant une poursuite de la normalisation monétaire en 2018 avec 3 hausses des Fed Funds (et un rendement 10 toujours inchangé), cette probabilité de récession passerait à 20%, ce qui reste insuffisant pour inquiéter. En fait, il faudrait que les Fed Funds atteignent 3% pour que la probabilité de récession s’approche de 50% et constitue alors un signal sérieux de retournement cyclique. Les banquiers centraux enclins à pondérer la pente des taux dans leur analyse auront alors une aversion à soutenir une poursuite du resserrement monétaire jusqu’à 3%.


4/
S’il convient de relativiser le contenu informatif de la courbe des taux, cela ne signifie pas non plus que l’aplatissement soit totalement « neutre ». Historiquement, un aplatissement de la courbe des taux provoque une contraction des marges d’intermédiation qui pèse souvent sur l’incitation des banques à prêter. Dit autrement, avec l’aplatissement de la courbe des taux, il redevient pertinent d’attacher de l’importance aux enquêtes auprès des établissements de crédit pour s’assurer qu’il n’y a pas de resserrement des conditions financières. Et ce, d’autant plus que l’évolution des spreads de crédit est très fortement reliée à l’aversion des banques à prêter.

www.groupama.fr/

 

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...