Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les investissements alternatifs ont la cote auprès des investisseurs

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

 

Selon les résultats de l’enquête annuelle RiskMonitor, réalisée par Allianz Global Investors, les investisseurs institutionnels sont de plus en plus nombreux à privilégier une exposition à des actifs alternatifs dans un objectif de diversification de leurs portefeuilles. Ils réagissent ainsi à l’environnement actuel marqué par la faiblesse des rendements, les craintes géopolitiques et les risques accrus en matière d’investissement.

Au niveau mondial, 7 investisseurs interrogés sur 10 ont déclaré investir dans des classes d’actifs alternatives, avec une exposition légèrement moins marquée dans la région EMOA (65%). Le recours aux investissements alternatifs n’est pas homogène d’une région à l’autre : l’Australie (87%) et les États-Unis (81%) affichent l’utilisation la plus généralisée, tandis que l’Italie (56%), le Japon et les Pays-Bas se situent largement en dessous de la moyenne mondiale.

61% des investisseurs interrogés justifient leur recours aux actifs alternatifs par les avantages liés à la diversification : 31% mentionnent spécifiquement la diversification, 19% la faible corrélation de ces actifs avec d’autres stratégies et 11% leur contribution à la réduction de la volatilité globale des portefeuilles. Les performances supérieures de ces classes d’actifs par rapport aux obligations ou actions traditionnelles ne sont citées que par 17% d’entre eux.

Cependant, les résultats de l’enquête font également ressortir un écart entre la compréhension générale des investissements alternatifs par les investisseurs institutionnels (66%) et leur capacité à mesurer efficacement le risque associé à ces actifs (53%). Au niveau des investisseurs européens, cet écart est moins prononcé (64% contre 59%).


Un potentiel inexploité

Trois investisseurs européens sur cinq (56%) estiment que les stratégies alternatives liquides peuvent générer des performances ajustées du risque plus attrayantes que les stratégies d’investissement traditionnelles. Près de la moitié des investisseurs (48% au niveau mondial et 51% en Europe) seraient prêts à investir davantage dans les actifs alternatifs s’ils avaient une plus grande confiance dans leur capacité à mesurer et gérer les risques associés à ces classes d’actifs.

Irshad Ahmaad, Directeur de l’activité commerciale institutionnelle pour l’Europe chez AllianzGI, déclare notamment : « […] En tant que gérants d’actifs, nous accompagnons nos clients pour qu’ils développent une meilleure compréhension des investissements alternatifs et leur donnons accès aux outils nécessaires pour évaluer les risques associés. Les stratégies alternatives liquides contribuent d’ores et déjà positivement aux solutions multi-asset plus complexes destinées à la clientèle retail. »

L’étude confirme les avantages potentiels d’une exposition aux actifs alternatifs pour les investisseurs. Par exemple, 64% des institutionnels qui investissent dans les actifs alternatifs se disent préparés à faire face aux risques associés à leurs investissements, contre seulement 51% pour ceux qui restent à l’écart de cette classe d’actifs. Dans la mesure où la diversification des classes d’actifs est la stratégie de gestion des risques la plus populaire parmi les participants à l’enquête, il semblerait que les actifs alternatifs permettent aux investisseurs de se sentir mieux préparés à faire face aux risques de marché.


Une demande orientée à la hausse

Les investisseurs institutionnels ont également donné un aperçu de leurs anticipations sur les 12 prochains mois en matière d’allocation au sein des différentes stratégies alternatives suivantes : l’infrastructure equity (47%), le private equity (47%) et la dette privée (46%), c’est à dire les trois classes d’actifs les moins liquides, sont privilégiées de manière globale. Dans le détail, les compagnies d’assurance prévoient également de renforcer leurs allocations dans l’infrastructure equity (49%), le private equity (49%) et la dette privée (48%). Les fonds de retraite déclarent également se préparer à revoir à la hausse leur exposition : 52% pour l’infrastructure equity, 48% pour le private equity et 46% pour la dette privée. Les fonds souverains se distinguent quant à eux par leur préférence pour la dette du secteur immobilier (67%).

L’enquête est disponible dans son intégralité sur le lien accessible ici

www.allianzgi.com

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Le Crédit Agricole lance « Trajectoires Patrimoine » : l’accès au conseil patrimonial, dès le 1er euro

En 3 ans, 2/3 des clients des Caisses régionales bénéficieront de ce conseil personnalisé, soit 14 millions de personnes. Le conseil réinventéLa démarche Trajectoires Patrimoine permet aux clients des Caisses régionales d'être accompagnés de façon globale, grâce à l'intégration des expertises financières et immobilières du groupe, et personnalisée par la co-construction de la proposition de valeur avec le conseiller. Une vision globale- de leur budget et de leur patrimoine : banque,...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Fonds patrimoniaux : notre sélection limite les dégâts

  Un gérant qui a une très longue expérience vient de déclarer qu'il n'a jamais vu une année comme 2018, avec de telles moins-values dans pratiquement toutes les classes d'actifs, le mouvement s'accélérant en fin d'année. Dans ces conditions, le repli trimestriel de 10,1 % enregistrée par notre liste de fonds patrimoniaux doit être relativisée.   Depuis la mise à jour du 4 octobre 2018, notre sélection patrimoniale a, notamment, été affectée par les reculs d'Amilton Global (particulièrement...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Petites capitalisations européennes, des opportunités selon RJAMI

Les petites capitalisations sont celles qui, l'an dernier, ont payé le plus lourd tribut à la baisse des marchés. Mais Louis de Fels et Edwin Faure, gérants des fonds Raymond James MicroCaps et Raymond James SmallCaps, deux des fonds de la gamme de Raymond James Asset Management International (RJAMI), ne jettent pas le bébé avec l'eau du bain !   Repricing du risque C'est essentiellement en raison de leur moindre liquidité et, aussi, parce que la pratique du small is beautiful a peut-être été...