Connexion
/ Inscription
Mon espace

Trois filons à exploiter sur les marchés émergents

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Morgan Harting, Emerging Markets Multi Asset portfolio manager, AllianceBernstein (AB)

Depuis début 2016, les marchés émergents affichent de solides performances. En effet, leurs actions ont connu une hausse de 30% en 2017. A l’orée 2018, les marchés émergents sont confrontés à des risques géopolitiques et monétaires accrus et à la présence de poches de survalorisation. Toutefois, nous sommes convaincus que les investisseurs avertis pourront trouver, dans les mois qui viennent, de belles opportunités sur ces marchés. Pour cela, ils devront se livrer à une stratégie de diversification au sein des différentes catégories d’actifs.
Cette année, les performances affichées par les marchés émergents ont essentiellement reposé sur leurs fondamentaux. Au regard de la solide croissance des échanges mondiaux, les bénéfices attendus sur les marchés émergents ont été révisés à la hausse tout au long de l’année. Cette tendance devrait s’amplifier, l’évolution des multiples cours-bénéfice n’expliquant qu’un dixième du rendement affiché par les actions émergentes.

Des fondamentaux en progrès

Certes, les actions émergentes ont vu leur valorisation progresser, mais elles se négocient encore à des prix bien inférieurs à ceux de leurs homologues des marchés développés. De nombreux pays en développement connaissent une phase d’amélioration de leurs fondamentaux. Globalement, les marchés émergents devraient connaître une croissance de 4,6 % en 2018 : un certain nombre d’entre eux étant parvenus à réduire ou à stabiliser leur inflation. Forts de cette combinaison de facteurs, les pays émergents pourront, si nécessaire, mettre en oeuvre des politiques de stimulation monétaire.
De plus, la structure de leur commerce extérieur a considérablement évolué. Désormais, ils sont moins dépendants des capitaux étrangers et moins vulnérables à une éventuelle hausse des taux d’intérêt sur les marchés développés. Un certain nombre d’États ont également mis en oeuvre des réformes et adopté des modes de gouvernance plus efficaces. Autant de décisions qui ont amélioré les perspectives de croissance sur l’ensemble des marchés émergents.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 


Nous pensons que ces marchés restent un terrain propice aux investisseurs avisés, lesquels devraient s'intéresser aux trois points suivants :

1/ Les entreprises du numérique : catalyseur du développement des marchés émergents

Pour l’instant, la hausse des actions émergentes s’est opérée selon une logique très similaire à celle qui a prévalu sur le marché américain. Aux États-Unis, les entreprises du numérique qui dominent notamment les secteurs du téléphone mobile et du e-commerce, ont compté pour près du tiers des résultats enregistrés. Les investisseurs en sont donc arrivés à considérer ces géants - les fameux GAFAN (Google, Amazon, Facebook, Apple et Netflix) - comme des acteurs incontournables.
Dans les marchés émergents, les GAFAN ont leur équivalent : Alibaba, Tencent, Samsung, Naspers et Taiwan Semiconductor ont ainsi affiché en 2017, à elles cinq, un rendement trois fois supérieur à celui du reste des actions émergentes.
Cette phase haussière pourrait bien s’amplifier : les investisseurs semblent désormais s’intéresser aux nombreux secteurs et entreprises qui soutiennent la croissance des géants du numérique, notamment les fabricants de mémoire vive dynamique (DRAM) et de composants électroniques taïwanais et sud-coréens. En adoptant une meilleure discipline capitalistique, ces entreprises tirent profit de la consolidation de leur industrie et font progresser rapidement leurs bénéfices et dividendes, ce dont les multiples cours-bénéfices ne tiennent pas encore compte.

2/ Une forte capitalisation des banques chinoises

Tandis qu’ils affichent une meilleure rentabilité et un rendement du dividende deux fois supérieur, les titres des banques chinoises se négocient moitié moins que leurs concurrentes mondiales De plus, la conjoncture économique nationale est favorable aux établissements prêteurs. Globalement, les entreprises chinoises ont affiché en 2017 une bien meilleure rentabilité. De nombreuses valeurs industrielles ont par exemple connu une croissance avoisinant les 35%. Conséquences : les banques ont vu leur risque de crédit baisser et la qualité de leur portefeuille de créances s’améliorer. D’un autre côté, les autorités chinoises ont réussi à freiner le shadow banking des petites institutions du pays. Le système financier du pays semble donc devenir plus efficace : les ressources autrefois destinées à l’ingénierie financière s’orientant désormais davantage vers les activités productives. Ces différents facteurs contribuent à la réduction du risque et stimulent la rentabilité des banques chinoises les plus prometteuses.

3/ Les obligations d’Etat brésiliennes

Au Brésil, l’inflation a augmenté de plus de 10% en janvier pour atteindre 2,5% en novembre. Cela a ouvert la voie à des réductions successives des taux d’intérêt qui ont stimulé le rendement des obligations. Avec un rendement nominal de 10% à 10 ans, les obligations brésiliennes comptent parmi les plus rentables du monde et donnent aux investisseurs de ce marché toutes les raisons d’espérer de bons résultats en 2018. Les répercussions de la reprise économique brésilienne se sont déjà fait sentir sur les marchés boursiers, qui ont connu une hausse de 69% en 2016 et de près de 30% en 2017. Les multiples cours-bénéfices ont par conséquent atteint le chiffre significatif de 24x. Bien que les marchés des actions et du crédit puissent offrir aux investisseurs quelques belles opportunités, nous pensons que les obligations brésiliennes leur permettront de bénéficier d’un meilleur couple rendement / risque.

Nous pensons que les investisseurs qui diversifieront leurs portefeuilles sur l’ensemble des classes d’actifs émergentes trouveront des filons intéressants dans différents secteurs et pays. Cibler les opportunités les plus intéressantes sur les marchés actions et obligataires peut contribuer à la création d’un portefeuille plus équilibré. Résultat : ce dernier sera susceptible de mieux résister aux à-coups qui émailleront inévitablement la reprise des marchés émergents en 2018.

www.alliancebernstein.com/

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...