Connexion
/ Inscription
Mon espace

La flexibilité devient un facteur discriminant dans la construction des fonds diversifiés

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Par Michaël Fay, Directeur des Gestions Diversifiées chez OFI AM.

La gestion diversifiée va gagner en complexité au cours des prochaines années. L’investisseur doit passer d’une classe d’actifs à une autre et d’une zone géographique à une autre dans des temps beaucoup plus restreints.

Depuis la crise financière de 2008/2009, les fonds multi-asset diversifiés ont connu un succès croissant. La volatilité des marchés actions et la chute des taux à des niveaux historiquement bas incitent, en effet, les investisseurs à recourir davantage à ces stratégies pour obtenir le meilleur couple rendement/risque. Pour autant, malgré l’engouement pour ces fonds, il n’était pas trop préjudiciable de surpondérer l’une ou l’autre des deux grandes classes d’actifs, les performances comparées entre les actions et les obligations restant globalement comparables. La quête de performance et la réduction du risque offertes par la gestion diversifiée séduisaient le client mais le facteur allocation s’avérait moins crucial.

Avec la remontée prévisible des taux, les profils prudents encore largement investis en obligations ne vont plus pouvoir reproduire le même niveau de performance généré au cours de la dernière décennie. De facto, l’allocation d’actifs devient un facteur discriminant de la performance des fonds diversifiés multi-asset et le phénomène va s’amplifier au cours des cinq prochaines années. En effet, ce type de gestion va gagner en complexité, obligeant l’investisseur de ce type de fonds à passer d’une classe d’actifs à une autre et d’une zone géographique à une autre, dans des temps beaucoup plus restreints. Certains profils de portefeuilles réputés « prudents » vont devenir plus risqués, puisque davantage exposés aux marchés obligataires, tandis que d’autres réputés « dynamiques », en raison de leur exposition aux marchés actions, présenteront un risque plus faible.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Une approche pour combiner gestion quantitative et fondamentale

Dans ce contexte, l’approche « quantamentale » présente l’avantage d’offrir au gérant un cadre sécurisant dans lequel il peut inscrire sa stratégie. L’analyse fondamentale ne part pas d’une « feuille blanche » mai s’appuie sur les résultats du modèle quantitatif. Ainsi, le risque et la maîtrise de la volatilité sont intégrés en amont de la construction du portefeuille. Il s’agit d’identifier, à l’aide d’un modèle quantitatif, les actifs refuges et les actifs risqués. Les réponses évoluent vite et il faut être capable de repenser complètement la composition d’un fonds d’un mois sur l’autre. Une fois le « terrain de jeu » déterminé par le modèle qui alloue des budgets de risques pour chaque classe d’actifs, la gestion fondamentale s’effectue dans le cadre d’un scénario économique et financier prédéfini.

Ainsi, la philosophie de la gestion diversifiée consiste à s’appuyer sur un modèle quantitatif pour gérer les risques et sur des professionnels expérimentés pour générer de la performance. La vision fondamentale reste essentielle pour décrypter la complexité actuelle des marchés. Mais la construction d’un portefeuille ne peut, aujourd’hui, se dispenser des résultats d’un modèle quantitatif abouti qui fixe le cadre de risque au préalable.

www.ofi-am.fr

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...