Connexion
/ Inscription
Mon espace

Une crise de la dette en Chine est très peu probable

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Chaque année, de 13 à 15 millions de personnes en Chine se déplacent des zones rurales vers les villes. La demande de logements dans les villes chinoises reste donc élevée en raison non seulement de l'urbanisation en cours, mais aussi en raison de l'élévation du niveau de vie. En outre, avec la présence d’investisseurs spéculatifs sur le marché immobilier, les administrations tant centrales que locales ont introduit des restrictions sur l'achat de logements en octobre 2016, ce qui a déjà entraîné une stabilisation notable des prix de l'immobilier.

Autre cause de la hausse des prix de l'immobilier : l'expansion excessive du crédit. Fin 2016, la dette totale de la Chine était de 258% par rapport à son PIB, ce qui est élevé compte tenu de la croissance économique de la Chine. Au niveau du gouvernement central, la dette ne représente que 37,6% du PIB et ne pose donc pas de véritable problème. Toutefois, le taux d'endettement des entreprises d'État et des collectivités locales augmente. Malgré cela, une crise de la dette est peu probable pour 3 raisons :

1/ La plupart des dettes chinoises sont détenues par des investisseurs nationaux.

2/ Même s'il existe des entreprises publiques lourdement endettées et peu efficaces, la plupart des entreprises ont un niveau d'endettement faible. Le véritable problème de la dette se limite à certains secteurs, notamment les chemins de fer, l'industrie du charbon et de l'acier, les matériaux de construction, la construction navale et l'immobilier. Tous ces secteurs sont actuellement en restructuration.

3/ Bien que la dette des administrations locales ait fortement augmenté, elle devrait être plus faible au cours de la prochaine décennie. La croissance explosive des niveaux d'endettement des administrations locales est apparue principalement à cause de la construction de nouvelles infrastructures, mais depuis 2015, les municipalités doivent désormais remplacer leurs émissions en dettes privées par des obligations publiques, ce qui permet plus de transparence. En outre, la Chine réforme son système fiscal pour fournir aux gouvernements locaux plus de ressources financières.

Autre élément important de la réduction de la dette à l'avenir : depuis le début de l’année, la Banque centrale chinoise (PBoC) resserre sa politique monétaire, et la croissance du crédit bancaire s'est considérablement affaiblie en raison d'une réglementation bancaire plus stricte. Dans le même temps, la PBoC cherche à réduire l'endettement de l'économie et à réglementer certains nouveaux domaines d'activité sans pour autant perturber l'investissement global. Jusqu'à présent, cette politique a été un succès. Les obligations d'État chinoises sont relativement stables dans ce contexte, comme le montre par exemple l'évolution de l’ETF Harvest CSI China Sovereign Bond.

https://deutscheam.com/de

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...