Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Trop tôt pour vendre »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L’analyse de Warin Buntrock, Responsable de l’Allocation d’Actifs et Directeur Adjoint des Gestions, BFT Investment Managers

La publication d’excellents résultats par les entreprises, l’espoir toujours présent de la réforme fiscale aux Etats-Unis et la normalisation de la politique de la Fed dans un contexte économique favorable ont enrayé, dès septembre, la correction des marchés et la chute du dollar.

« America is back » ? Après une période estivale marquée par le doute, les investisseurs semblent renouer avec la vague d’optimisme qui s’était emparée des marchés après l’élection de Donald Trump, en novembre 2016. Le vote par le Sénat, vendredi 20 octobre, d’une résolution budgétaire ouvrant la voie au lancement de la réforme fiscale tant attendue a en effet soutenu les marchés américains. Le projet proposé envisage notamment un abaissement du taux d’imposition des sociétés de 35 à 20%, avec la possibilité d’obtenir un taux d’imposition réduit (mais non précisé) pour les entreprises qui rapatrieraient leurs bénéfices depuis l’étranger.

La hausse des indices a été particulièrement soutenue sur le segment des petites et moyennes capitalisations : de mi-août à début octobre, l’indice Russell 2000 a progressé de plus de 10% quand le S&P 500 ne s’adjugeait que 4%. La réforme fiscale profitera d’abord aux entreprises exposées davantage à leur marché domestique, élément qui caractérise justement les small & mid caps. Malgré des valorisations élevées, la perspective de cette réforme fiscale de l’administration Trump profite également aux valeurs cycliques (consommation discrétionnaire, valeurs technologiques et financières, industrie, matériaux etc.).

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

L’attention des investisseurs est aussi focalisée sur la Fed qui continue d’adopter un discours plutôt prudent. Malgré la faiblesse actuelle de l’inflation, Janet Yellen a tout de même annoncé son intention de réduire le bilan de la Fed, mais de manière très progressive. Ces déclarations ont suffi d’infléchir la tendance sur le marché des changes en contribuant au rebond du dollar par rapport à l’euro (+2,5% en septembre) après un été marqué par la forte dépréciation du Billet vert (-8% entre juin et septembre). Cette perspective de resserrement monétaire, le prochain relèvement du taux directeur de la Fed en décembre étant quasiment actée, et de réduction du bilan de la Fed expliquent également la hausse du taux d’emprunt américain à 10 ans de 2%, fin août, à 2,40% au cours de ces derniers jours.

Un potentiel de hausse des taux longs américains limité. Cette remontée des taux reflète en premier lieu la bonne santé de l’économie américaine. Néanmoins, le potentiel de hausse des taux longs américains nous paraît limité en raison de l’absence de pressions inflationnistes. A l’instar de la Fed, la BCE devra annoncer cette semaine une réduction très progressive, en 2018, de son plan d’achat d’actifs, prenant acte de la bonne tenue de l’économie en zone euro. En Europe, nous préférons les marchés périphériques (l’Italie et le Portugal plutôt que l’Espagne aux prises avec la crise catalane) et les obligations corporate High Yield.

Les marchés actions devraient continuer de profiter de la reprise économique synchronisée et d’une poursuite de la hausse des bénéfices en 2018 après un cru 2017 qui d’ores et déjà s’annonce l’un des meilleurs en zone euro depuis 2010. Nous estimons le potentiel de hausse des indices boursiers compris entre 5 et 10% d’ici mi-2018. L’exposition géographique doit rester globale car aucune grande zone économique ne subit actuellement une période de ralentissement. Si les valeurs européennes conservent un potentiel de valorisation plus important, il est préférable de garder également une exposition aux actions américaines (retour du « reflation trade ») et japonaises (le mouvement d’appréciation du Yen qui gênait les entreprises japonaises est en voie d’achèvement). De leur côté, les économies émergentes ont, dans ce contexte, retrouvé de l’attrait et conservent une place importante dans notre allocation d’actif cible.

www.bft-im.com

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...